Birmingham 2014

397 zebre

Beaucoup de creations spectaculaires de ce genre, melanges d’applique, de peinture et de matelassage machine

J’ai passé deux jours à Birmingham au Quilt Festival. Deux jours intenses, passionnants, épuisants… Des centaines de patch (le livret en répertorie plus de mille) allant du traditionnel à l’art textile et tous d’une qualité au dessus de tout reproche.

Comme d’habitude une atmosphère sympathique, des tas d’échanges avec les autres visiteurs qui, comme moi, attendaient patiemment de pouvoir  faire leur photo. Des rencontres aussi avec des gens que je n’avais pas vu depuis longtemps et qui ne m’avaient pas oubliée, malgré les années passées sans se voir. J’ai parcouru dans tous les sens les deux immenses salles qui contenaient toutes ces oeuvres, découvrant chaque fois des quilts que je n’avais pas vus avant, émerveillée de la diversité des inspirations. J’ai adoré l’humour souvent présent.

potager-en-relief

Des tas de stands proposaient les objets les plus divers, outils, tissus, machines à coudre etc…. avec une omniprésence des machines prévues pour le matelassage. Les résultats obtenus parlaient en leur faveur: la plupart des oeuvres présentées avaient été matelassées à la machine et le résultat était stupéfiant. Malgré tout j’ai souvent regretté cette perfection qui, à mon sens, ôte sa vie à l’ouvrage. Mais, bon, vous savez que je suis un peu rétro!

J’ai commencé à prendre des photos, pensant qu’il me serait facile de les classer grâce au livret- j’avais pris soin d’inclure le numéro dans les photos. Et lorsque j’ai voulu le faire je me suis aperçue que mon idée n’était pas aussi bonne que je le pensais…. certaines étiquettes n’étaient pas lisibles même en grossissement maximum.

Je vous présente donc  quelques unes des vues prises au hasard de mes coups de coeur. Et d’avance je m’excuse auprès de celles qui verront leur patch sans que leur nom soit mentionné…. J’ai tiré au sort les photos à présenter. Des dizaines d’autres auraient mérité que je le fasse, mais vous les trouverez sans doute sur d’autres sites.

bus-stop matin et soir

Je n’ai vu personne regarder ce quilt sans sourire: original et parfaitement execute il a pris sur le vif une tranche de vie

408-tangram-people

J’ai toujours pensé qu’on pouvait trouver dans le tangram une source d’inspiration….

79-giriama-village

Pittoresque et plein de vie, j’ai adoré ce village

229-lace-cap

Une superbe dentelle de fleurs

162a-year-in-the-garden

It's only fair to share...Share on Facebook
Facebook
Tweet about this on Twitter
Twitter

Une réflexion au sujet de « Birmingham 2014 »

    1. Denyse Saint-Arroman Auteur de l’article

      En fait il s’agissait de deux patchs différents qui auraient dû être présentés l’un au dessous de l’autre. Mais il semble que les portants n’étaient pas assez hauts pour le permettre. Malgré tout il plaisait beaucoup si j’en juge par le nombre de gens qui s’arrêtaient devant et repartaient avec un grand sourire!

      Répondre
  1. Denyse Saint-Arroman Auteur de l’article

    Non, ce n’est pas un bouti. Comme beaucoup de patchs dans cette exposition c’est un paysage finement travaillé à la machine, certaines parties sont « bourrées » ou plutôt je pense rehaussées par une épaisseur supplémentaire de batting. La photo ne rend pas tout à fait justice à la délicatesse des teintes .

    Répondre
  2. Katell, Quilteuse Forever

    Merci pour ce bel aperçu ! J’apprécie ton impression de sympathie et d’humour qui s’en dégagent. Birmingham est dans ma liste des endroits où aller dans les prochaines années, cela me donne encore plus envie de le programmer !…
    Quant au quilting machine, il arrive aussi en France et c’est inéluctable. De même, l’appliqué à cru fixé au thermocollant prend de l’ampleur… mais je comprends la liberté que cela procure et certaines oeuvres sont époustouflantes ! Il y a finalement de la place pour tout le monde…
    L’important est, comme tu le dis si bien, le respect du public en montrant de la qualité. Et chacune se garde le droit d’utiliser les méthodes qu’elle préfère. Je vois des quilteuses modernes qui reviennent par exemple au quilting main au coton perlé, pour le plaisir du travail manuel…
    A bientôt Denyse !

    Répondre
  3. Denyse Saint-Arroman Auteur de l’article

    Il y aura automatiquement un retour en arrière. Je me souviens d’une époque où « l’art textile » faisait rage avec tous les excès et ratages qui pouvaient l’accompagner. Cela a été suivi d’ un retour en force du traditionnel de qualité, Mais cette période a laissé des traces positives: multiplication des techniques employées, création de nouvelles matières etc.
    Le travail machine a des tas d’avantages – dont le gain de temps- mais les machines que j’ai vues représentent un gros investissement financier. Donc, beaucoup devront abandonner une bonne part de leur création à des professionnels qui ont investi dans ces machines et se doivent de les rentabiliser, ce que personnellement je trouve frustrant. Et comme un programme n’est jamais aussi souple et inventif qu’un cerveau humain il peut y avoir en fin de compte une certaine monotonie.
    Je regrette aussi que dans le processus on abandonne complètement cet aspect  » créer de la beauté et / ou de l’indispensable avec les moyens du bord » qui est l’essence même du quilt. Il me semble donc qu’une partie de notre travail doit être de maintenir cette conception là pour que chacune se sente la possibilité de faire du patch, même si elle a de tous petits moyens financiers. Ce serait trop dommage que cet art merveilleux soit réservé à une élite fortunée.

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *