Fils croisés à Pau

Hier nous sommes parties de grand matin visiter les « Fils Croisés » de Pau.

Nous avions décidé de combiner la visite du salon avec un atelier animé par Marie Christine Hourdebaigt.

Le salon se tenait dans un grand hall du parc des exposition. L’accueil nous a enchantées: on nous a ouvert la porte comme si nous étions des reines ouah, le chic. Le salon était à taille humaine, entièrement consacré au fil sous toutes ses formes. Des laines magnifiques, des tissus qui ne l’étaient pas moins. Je me suis assez mal débrouillée avec l’appareil photo de mon nouveau téléphone ce qui fait que je n’ai pas pris grand chose hélas.

Quelques uns de mes coups de coeur:

Un moment délicieux à Angoralène avec Hélène Kester qui avec amour et humour nous a tout dit sur les lapins angoras. Si j’aimais tricoter- ce qui hélas n’est pas le cas, j’aurais acheté toute sa laine tant c’était joli et doux au toucher.

 

lapin-angora-5

Des recherches de tissu d’un stand à l’autre. Comme d’habitude, nous avons dépensé bien plus que prévu. Angeline a collectionné les papillons, Claude les japonais…

L’émerveillement devant les diverses créations.

J’ai été tout particulièrement fascinée par les ravissants paysages d‘Ina Georgetta Statescu, délicats et précieux.

les paysages romantiques d'Ina

Ina Georgetta Statescu

Ina Georgetta Statescu

 

Là aussi, accueil chaleureux. Ina nous a tout expliqué , la façon dont elle superpose les tissus et les décorations pour obtenir ces textures irisées et ses tons pastels. je n’ai pas résisté, je me suis offert le kit « hiver » en souvenir .

Nous avons papoté avec plaisir avec les vieilles connaissances comme Josy

Le stand de Josy Patch

avec un superbe quilt au mur

Déjeuner sur place sur une des grandes tables prévues pour nous qui nous a permis de faire de nouvelles rencontres.

Et puis l’atelier avec Marie Christine. Nous l’avions déjà rencontrée à Labastide Rouairoux et je vous ai déjà dit à quel point nous avions apprécié la rencontre avec elle. Cette fois nous avons travaillé sur le feutre synthétique. Le groupe était très gai et enthousiaste. Plusieurs des participantes venaient de l’Ariège et habitent tout près de chez moi. Nous nous reverrons certainement.
Et aussi un public souriant et curieux à qui nous avons expliqué ce que nous faisions – en jouant les habituées bien sûr!

1- Chauffage avec la même surprise d’obtenir des formes biscornues et souvent imprévisibles que nous décorerons ensuite.

on chauffe le tyvex

1- Décoration. Quelle joie de farfouiller dans les laines, dentelles et autres fils.

3- La contemplation de notre travail… Là aussi les photos ont foiré je n’ai pas tout le monde.

Naturellement nos oeuvrettes sont loin d’égaler la beauté des créations de Marie Christine mais nous en sommes très fières.

Seul point noir: nous n’avons pas pu voir le défilé, nous étions bien trop occupées par le stage. Ce sera pour la prochaine fois.

Bref une journée de détente et d’amitié. Encore un souvenir précieux à conserver.

It's only fair to share...Share on Facebook
Facebook
Tweet about this on Twitter
Twitter

Une réflexion au sujet de « Fils croisés à Pau »

  1. isa debat

    c’est super , je vois que tu t’es bien amusée et fait des copines !
    de nouvelles rencontres qui vont se poursuivre n c’est génial , j’adore
    biz isa

    Répondre
    1. Denyse Saint-Arroman Auteur de l’article

      oui je me suis bien amusée. C’est fou ce que l’accueil peut faire comme différence. Et l’atmosphère était vraiment super, que des gens souriants et gentils qui ont fait de leur mieux pour nous faire plaisir et nous donner ce que nous étions venues chercher.

      Répondre
  2. kester hélène

    bonsoir denyse, c’est avec une pointe d »émotion que je viens de lire les quelques lignes qui me sont consacrées, je n’ai pas l’habitude des éloges mais j’avoue que ce n’est pas désagréable du tout, cela me donne une énergie pour continuer a défendre ce beau méiter. je peux déjà vous dire que je serai présente en novembre prochain aux 4 journées de fils croisés à pau, alors, à bientôt !
    en attendant, bon été, bonne création. bien cordialement
    hélène kester

    Répondre
    1. Denyse Saint-Arroman Auteur de l’article

      Je fais partie de plusieurs associations de défense des animaux et on doit hélas constater que la plupart des animaux qu’on élève pour leur laine ou leur fourrure sont très maltraités. J’ai même entendu des horreurs sur les élevages des lapins angoras. Mais, forte de notre rencontre j’ai joué les professeurs à mon tour et je leur ai expliqué ce que vous faites et comment vous le faites. Et je serai heureuse de vous revoir en Novembre.

      Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *