Archives pour la catégorie Expositions

Lacaze 2

Je vous avais promis les photos des collages  « Art textile AnnSan ». Et puis ma fille est arrivée avec un monceau de couture à faire. Comme elle participe à des vide grenier on lui donne quantité de vêtements et elle cherche à utiliser ceux qui lui plaisent. Cela suppose de nombreuses transformations/ ajustements car naturellement ils ne lui plaisent pas  tels qu’ils sont. D’une certaine façon c’est amusant car elle a un esprit inventif remarquable, le problème étant de réaliser ses idées avec le matériel disponible et ça prend un temps fou.

Elle est repartie avec sa famille et des tenues neuves pour l’été. Donc voilà les photos promises

En fait il y a deux artistes différentes qui réalisent les collages et leur style est très différent. Mais je suis certaine que vous puiserez des idées nouvelles.

 

La Fibre Occitane expose Desedamas

 Je n’ai pas eu le temps, la semaine dernière de vous raconter ma visite à la première  exposition organisée à Cugnaux par la Fibre  Occitane. La Mairie avait prêté  un lieu superbe, le Pôle Culturel  impressionnant bâtiment aux espaces immenses inondés de lumière.

Deux artistes espagnoles, les soeurs Cécilia et Mercè Gonzales, qui créent  sous le nom « Desedamas », ce qui signifie « Plus loin que la soie ».  Lire la suite

Saint Léon 2018

La tempête de vent qui nous a épuisés vendredi et samedi a été suivie par une pluie diluvienne qui l’a calmé mais ne nous invitait pas à sortir. Du coup les oiseaux s’étaient réfugiés à l’intérieur et on les comprend.

Le club de patchwork de Saint Léon a bravé les éléments pour présenter ses oeuvres.  De très jolies choses magnifiquement exécutées comme d’habitude. J’ai pris quelques photos  pour expérimenter mon nouvel appareil photo.

Beaucoup d’appliqués finement exécutés , ce qui semble être une des spécialités du club,

Deux passacaglia dont un que j’ai beaucoup aimé parce que son auteur a su résister à la tentation de la surcharge qui accompagne souvent ce type de quilt.

Le club avait aussi collectivement réalisé un très joli patch illustrant les fables de La Fontaine, qui décidément, reviennent à la mode.

11 Novembre

Le coquelicot pousse naturellement , même lorsque la terre est bouleversée par la guerre. Les destructions apportées par les guerres napoléoniennes transformèrent les champs dénudés en champs de coquelicots couleur sang.

A la fin de 1914 les champs du Nord de la France et des Flandres furent de nouveau bouleversés par les batailles qui faisaient rage du fait de la première guerre mondiale. Là encore les coquelicots furent une des seules plantes à pousser sur les champs de bataille ravagés.

L’utilisation du coquelicot comme un symbole en mémoire des soldats tombés au combat est due au chirurgien canadien John MacCrae, auteur du poème  » In Flanders Fields ». Le coquelicot était là pour représenter l’immense sacrifice consenti par ses camarades et il devint rapidement le symbole durable de ceux qui moururent pendant cette guerre et pendant les suivantes.

Il fut adopté par la Royal British Legion  comme symbole de leur « Poppy Appeal » ( créé en 1921) qui chaque année  lève des fonds pour aider ceux qui ont servi dans les Forces Armées Britanniques.

Tous les thèmes sont utilisés : des animaux comme les chevaux, chiens de guerre ou pigeons voyageurs

Des soldats allant au front, protégés par une aviation encore au berceau.

ou ce simple soldat dont l’uniforme est immédiatement reconnaissable et dont on doit absolument se souvenir ( couronne de coquelicots)

Les styles sont variables: plus graphiques et abordant les différents thèmesliés au combat

J’ai aussi retenu ce dessin frappant fait par des graphistes

N’oublions jamais que ces hommes ont vécu l’enfer pour que nos pays puissent conserver leur indépendance et leur identité

Journée du livre

Nous avons subi aujourd’hui la première offensive réelle de l’hiver : pluie glaciale mélangée de gréle, chute drastique des températures. Une journée à rester chez soi au coin du feu.

J’ai tout de même affronté le mauvais temps pour aller faire un tour à Sorèze à la journée du Livre. Je vous ai déjà parlé de ce charmant village merveilleusement conservé et restauré , de ses maisons à colombages, de sa très belle et très austère église….La visite vaut à elle seule le déplacement. A Sorèze il y a aussi l’Abbaye école transformée en un double musée: le musée de l’école proprement dit et le musée consacré à Dom Robert.

Les livres occupaient une sorte de corridor entourant un jardin comme une sorte de cloître couvert.. Certaines pièces donnant sur le corridor étaient consacrées à la généalogie ou …. à la dictée- je n’ai ps pris le risque de m’y inscrire. Même aujourd’hui il me faut souvent vérifier sur internet si je ne fais pas de faute.
Des livres sérieux dans l’ensemble, dignes de la réputation qui fut celle de l’école. Mais aussi des bandes dessinées et même quelques journaux de patch.

Le patchwork s’était introduit dans l’aventure par l’intermédiaire de livres en tissu consacrés soit à un thème – l’école, les moutons, les papillons…. soit aux fables de la Fontaine. Les artistes s’en étaient donné à coeur joie, peignant, brodant, appliquant  sujets, animaux et fleurs miniaturisés. Tout cela était plein de charme et de vie.

Il n’était pas facile de prendre des photos, faute de recul et aussi parce que mon appareil continue à faire des siennes. Je sais déjà ce que va être mon prochain cadeau de Noël.

J’en ai tout de même fait quelques unes  et je vous laisse le soin de deviner le thème ou la fable illustrée!

 

Les deux dernières photos ne montrent que des détails difficiles à identifier, mais j’ai beaucoup aimé le ciel d’orage. Ca m’a rappelé le thème de la ligne blanche. Et la grenouille au milieu des fleurs m’a emballée.

Birmingham 2017

Il semble que vous ayez apprécié Sidayala. Voici donc les photos de l’exposition de Birmingham. C’est encore à mon amie Doreen que je suis redevable de ces images qu’elle m’a envoyées sur CD.
Inutile donc de préciser que nous en aurons pour plusieurs semaines à épuiser ces richesses.

Un style et un esprit très différents de Sidayala mais des oeuvres de grande qualité. Doreen a une préférence pour le contemporain et les photos reflètent ses coups de coeur.

Carrelages Arabes

Comme je vous l’ai déjà dit les Tent Makers du Caire exposaient à Sidayala.

Comme d’habitude des appliqués fascinants avec une profusion d’oiseaux et de branches…

mais aussi de nombreuses pièces directement inspirées par la géométrie traditionnelle des carrelages arabes.

Depuis des siècles les arabes ont développé ces dessins, j’en avais photographié  à l’Alhambra de Grenade. Au début le gardien avait été très agacé de me voir déplacer les cordes de protection pour avoir une meilleure prise de vue. Impossible de lui expliquer ce que je voulais, je ne parle pas espagnol. Mais il a vite compris que mon but n’était pas d’endommager ces précieuses reliques et il nous a accompagné de salle en salle pour me faciliter  les choses. Et puis j’ai trouvé un livre donnant le secret de ces dessins répétitifs et complexes, « Arabic Geometrical Pattern & Design « par J. Bourgoin et ils ont inspiré plusieurs de mes quilts.

Comme ces dessins sont prévus pour décorer des carreaux qui seront ensuite juxtaposés les « raccords » sont prévus et les blocs s’assembleront facilement. Il suffit de jouer sur la couleur pour personnaliser votre quilt.

Il  existe d’autres livres sur le sujet (sans compter des articles sur internet) et je ne saurais trop vous conseiller   de vous en servir. Certains dessins sont très simples, d’autres très compliqués et vous pouvez trouver le motif qui conviendra le mieux à vos talents et à vos intentions.

Voici par exemple un modèle relativement simple trouvé sur internet. Le carré de base résulte d’une simple « division par 4 ».
Mais le jeu de couleurs et la disposition des carrés terminés donne une impression de sophistication. Le blanc unifie l’ensemble et met en valeur les couleurs employées.

Siyadala ( fin)

Voici les dernières photos.  Le soleil se couche sur l’exposition.
Encore des styles très variés et des idées originales!

Et la Passacaglia a conquis aussi l’Afrique du Sud!