Archives pour la catégorie Technique patch

L’autre jour Katell m’a fait remarquer que mon dessin de tournesol la faisait penser à un motif de Dresden Plate- Assiette de Dresde,ce grand classique pour lequel elle a déjà écrit 3 articles remarquables.
En fait le motif en lui même ne m’a jamais emballée. Pourtant c’est le modèle idéal pour écouler  les chutes. Je l’ai utilisé une ou deux fois et puis je suis passée à autre chose. Et cette fois ci, la chaleur aidant, j’ai décidé de le reprendre un peu… Lire la suite

Les premières tulipes

Le soleil qui inondait mon atelier et le réchauffait m’a incitée à faire quelques rangements. J’ai retrouvé des trésors oubliés depuis longtemps et aussi quelques UFO (unfinished object ) comme le disent les américains qui font ainsi un jeu de mot (UFO= OVNI) .

Et parmi eux ces tulipes commencées il y a très longtemps et jamais terminées. Le dessin  » Dutch Flower » avait été créé par Allison Gray pour QNM.

Chaque bloc est composé de 4 blocs plus petits. La couture en arrondi peut sembler difficile, mais je me souviens avoir vu l’an dernier à Birmingham un gadget qui permet aux machines de les coudre sans aucune difficulté ( je n’ai pas vérifié moi même si ça marchait)

Dutch Flower

modèle créé par Allison Gray pour QNM

Et mes essais datent de ma période Liberty. J’ai conservé le jaune et le rouge des tulipes de mon jardin, ces merveilleuses tulipes rustiques qui fleurissent année après année sans que j’ai à m’en occuper le moins du monde…. J’avais  mis un coeur noir parce que ça me semblait plus joli mais pour être fidèle à la fleur il devrait être de la couleur de la tulipe.

Un petit tour à Hawaï

Molokini Crater

Molokini Crater

Kealakekua bay

Kealakekua bay

J’ai toujours été fascinée par les quilts hawaïens et ce week end  gris et pluvieux m’a incitée à aller prendre le soleil dans les îles….. J’ai donc fait un petit tour là bas grâce au magicien internet. Un bol de beauté et de soleil. J’aurais préféré y être « en vrai » mais faute de mieux….

 

 

Ce sont les missionnaires américains qui ont initié les femmes de Hawaï à l’art du quilt et de l’appliqué.

A l’époque l’appliqué avait le vent en poupe grâce aux oeuvres extraordinaires réalisées à Baltimore. Parmi les dessins utilisés il y avait ces blocs très découpés dont on fabrique le patron en repliant une feuille de papier  encore et encore et en en découpant les bords au ciseau- j’ai pratiqué cela lorsque j’étais enfant mais avec beaucoup moins de talent et sans me douter de ce qu’on pouvait faire avec!

On commence par plier une feuille, en deux, puis en 4, puis en 8 en suivant les pointillés

Ensuite on coupe toutes les épaisseurs ensemble avec une bonne paire de ciseaux. C’est là que ça devient difficile: obtenir un beau dessin suppose une grande habileté.  On peut, si on veut obtenir une forme plus sophistiquée découper aussi un des côtés. Et on déplie avec précaution le carré découpé……

Mais les femmes de Hawaï  ont transformé cette technique de base en un art époustouflant  qui permet de réaliser d’étonnants quilts, généralement bicolores, au dessin incroyablement fouillé. Elles se sont inspirées de la flore exubérante de leur pays subtropical.

Je me suis attardée longuement sur les quilts qu’elles ont réalisé et qui célèbrent la beauté de leur pays.

Bonnie a reçu en présent le patron pour le “The Aloha Quilt,” inspiré par la fleur  » L’oiseau de Paradis » , d’ Hinano, un homme qui fut son ami pendant son séjour à  Lahaina sur Maui.

Ke Kahi O Kai’iulani (The Comb of Kai’iulani),auteur inconnu , antérieur à 1918, Honolulu Museum of Art

Mountain Naupaka est un petit arbre qui pousse à la lisière de la forêt tropicale. Il est connu pour ses fleurs blanches.  Le quilt a été dessiné par  Loretta Pasco, Raintree de Hawaii S’il vous séduit vous pouvez acheter le patron  sur http://www.prqc.com/morehqpatts.html

Loretta a dessiné des tas de quilts tous plus beaux les uns que les autres.

Et je les ai enviées autant pour leur talent que pour toute cette beauté ensoleillée qui est leur cadre de vie tous les jours de l’année….

 

Deux jours de Bargello à Lardenne

La semaine dernière le club de Lardenne a décidé de s’attaquer au Bargello. 8 inscrites motivées et pleines d’allant qui ont rendu ces deux jours très gais et agréables.

Le premier jour nous avons vu comment fonctionnait le système de bandes avec ses décalages et ses variations de largeur. D’emblée, nous avons attaqué une petite pièce d’étude pour mettre en application la théorie. Michelle a eu un peu de mal: elle préfère travailler à la main et ce n’était pas facile pour elle de tout faire machine.

Comme vous le savez peut être le secret du Bargello réside dans la qualité de la coupe.Colette et Michelle sont prêtes à attaquer.

on-coupe-dans-la-bonne-humeur

Pause rapide pour déjeuner, puis réconfortées par le délicieux gâteau de Marie Claude nous avons commencé la deuxième découpe.

En dépit d’un travail acharné les pièces n’étaient pas finies de monter à la fin de  la journée …. Mais le jeudi presque tous les ouvrages étaient terminés  et nous les  avons admirés puis commentés. Magnifique n’est-ce pas….

Il y avait tous les styles: Unis vibrants,  roses délicats , rose et noir romantique, orangés chaleureux. La fille d’Annick avait choisi cette gamme de gris à peine rehaussée d’un bleu vert discret. Nous l’avons relevée d’un peu de blanc et le résultat nous a émerveillées.

Ensuite nous sommes passées à la vitesse supérieure en explorant les secrets du « dessus- dessous » avec deux bandes qui se croisaient.

Pour faciliter la compréhension du système nous avons travaillé sur des bandes partielles: les bandes de couleur qui vont se croiser, puis les bandes claires qui constitueront le fond.
Uschi a déjà disposé la plupart des bandes foncées.

 

Certains  ouvrages  se sont montrés rebelles- le plus enragé étant celui de Geneviève-  et il nous a fallu déployer astuce et obstination pour les mettre au pas.

Mais à la fin de la journée tous étaient prêts pour les coutures finales. Comme la neige recommençait à tomber nous n’avons pas cherché à terminer et nous sommes vite rentrées à la maison avant que les routes soient trop glissantes. Mais  elles m’ont promis de m’appeler pour me faire admirer les oeuvres terminées.

Deux journées sympathiques pleines d’amitié, de rires et de travail bien fait dans un club dynamique…. que demander de plus à la vie.

Coeur en Bargello

On m’a demandé un stage sur le Bargello qui doit avoir lieu en Février. La combinaison des deux facteurs- Février est le mois de la Saint Valentin- m’a incitée à travailler le motif de coeur.

La  difficulté, lorsqu’on fait un coeur en Bargello est de conserver la courbe qui donne son charme à la forme.

Une quilteuse américaine a contourné le problème et la solution qu’elle a adoptée m’a inspiré ce patch. Je n’ai hélas pas pu ouvrir son site pour trouver son nom: Avast m’a déclaré qu’il était infecté et l’a bloqué!

1- Dessiner un coeur de la dimension désirée.

coeur

2- Préparer une série de bandes dans la gamme de couleurs désirée et disposez-la sur la forme avec le dessin de votre choix.

coeur1

3- Cousez vos bandes et découpez votre coeur.

coeur2

4- Vous pouvez appliquer le coeur sur un carré de tissu et le décorer selon votre fantaisie.

Vous pouvez adapter le système à d’autres formes  qui ne se prêteraient pas naturellement à l’utilisation du Bargello.

Bargello

Cette année dans notre plan de travail nous avons décidé de nous attaquer à une technique bien oubliée, le Bargello. Spectaculaire, très simple dans son principe mais difficile à réaliser si on veut obtenir des motifs compliqués. Personnellement je ne suis pas un fan. Il faut prévoir son coup dés le départ et réaliser scrupuleusement la maquette qu’on a prévu. Très peu adapté à la fantaisiste que je suis , celle qui aime pouvoir changer d’avis en cours de route! Mais il faut forcer son talent dit-on c’est ainsi qu’on progresse. Et voilà le premier échantillon que nous avons obtenu.

Bargello

deux vagues qui s’entrecroisent

 

La méthode anglaise facile

Si vous êtes des couturières débutantes et que vous voulez vous perfectionner  en faisant un patchwork la méthode anglaise est faite pour vous.

Elle est parfaite aussi pour celles qui veulent emporter leur ouvrage partout sans s’encombrer de machines à coudre et d’outils divers.

Elle peut être utilisée pour assembler de nombreuses formes, carrés, triangles, trapèzes, losanges etc… Mais toutes ces formes peuvent être assemblées plus facilement et rapidement à la machine. Par contre elle me semble irremplaçable pour assembler les hexagones. En effet la machine n’aime pas les hexagones. Elle ne dispose pas de longues lignes droites qu’elle pourra dévorer en un temps record. Lire la suite

Feuilles d’érable en Log Cabin

Je suis toujours à la recherche de nouvelles variations qui puissent amuser les membres du club. Cette fois-ci  je suis tombée en arrêt devant un bloc astucieux dessiné par Judy Martin  (du livre de Judy, « Cookies and Quilts » Certaines bandes sont composites et l’assemblage laisse apparaître une feuille.

feuilles d'erable

feuilles d’erable en Log cabin d’après un modèle de Judy Martin

Lire la suite

Stage avec Pascale Goldenberg

France Patchwork avait organisé une série de stages dans le superbe cadre de la manufacture Bohin, la dernière manufacture qui fabrique en France des aiguilles, épingles et épingles à nourrice dont je me sers depuis des années, comme le faisaient avant moi ma mère et ma grand mère.  J’ ai  acheté chez eux depuis toujours les aiguilles mi-longues dites « de tailleur » que j’affectionnais bien avant que le matelassage n’en ait fait  les aiguilles « de quilting »…

J’ai suivi le stage animé par Pascale Goldenberg et nous avons passé avec elle quelques jours merveilleux. Pascale allie une grande simplicité à une créativité et un enthousiasme extraordinaires. Jamais je n’aurais pensé que le thème qu’elle avait choisi- les aiguilles et les épingles- pouvaient se prêter à tant de variations. Elle avait pris des  photos  d’aiguilles et épingles posées en vrac sur une table et nous avons commencé à travailler à partir de ça.Pascale explique l'exercice

Tracer des lignes à partir des aiguilles de la photo permet de construire un bloc abstrait et complètement original.

travail sur les lignes

on dessine un bloc en suivant les lignes directrices données par les épingles

têtes-dépingles

on repère les emplacements des têtes d’épingles et on les relie.

Les têtes d’épingles de couleur repérées sur la photo peuvent être peintes avec divers instruments ronds puis reliées à la main ou à la machine etc.

Ensuite nous avons travaillé sur les possibilités offertes par les alphabets (tous pays et époques confondues). positif-négatif

Des tas d’exercices différents exécutés sur de petits morceaux de tissu et que nous avons ensuite soigneusement collés sur un cahier. Excellente aussi cette idée de Pascale qui permet de commenter et de conserver les exercices effectués.

les-travaux

on fait admirer les travaux du groupe

Le dernier jour chaque atelier a exposé le résultat de ces journées de travail intense pour que les élèves ayant suivi les autres cours puissent venir les admirer. Tout était extrêmement intéressant et nous avons admiré sans réserve.

Un temps merveilleux, un accueil chaleureux  de Bohin, une organisation parfaite par Joëlle Jan-Gagneux, un stage inspirant… que demander de plus à une semaine?