L’histoire des perles

Origines?

L’histoire des perles remonte à la plus haute antiquité: les Egyptiens fabriquaient des perles de verre dés 1365 A.C., la Chine fabrique et exporte des perles de verre depuis des siècles et les recherches archéologiques ont permis de trouver des bijoux et autres ornements en perle dans la plupart des pays du monde.

En Europe comme en Amérique, avant la popularisation des perles en verre on utilisait d’autres matériaux: os, pierres semi-précieuses comme l’agate, le jade ou la turquoise, ambre, bois, coquillages et même métaux (surtout l’or). Ces perles servaient d’ornement mais aussi de monnaie d’échange – comme les colliers de wampum des indiens.

C’est la création des manufactures de verre de Venise qui a généralisé l’usage de la perle de verre, multicolore et moins coûteuse que la perle de pierre ou d’or. Il y avait déjà vers 1291 une guilde des verriers et dans son journal Christophe Colomb dit avoir donné des perles en présent aux natifs de l’île de San Salvador. Par la suite les conquistadors eurent soin d’ajouter des perles de verre à leur cargaison et les troquèrent contre des peaux ou des fourrures. Les première perles apportées par les colons s’appelaient « pony bead » et étaient 4 ou 5 fois plus grosses que les rocailles que nous utilisons actuellement ,ce qui n’a pas empêché les indiens de les utiliser pour orner leurs vêtements. Très vite, comme les chevaux, les perles devinrent un élément de la culture indienne.

Comment les fait-on?

Comme je me suis toujours demandé comment on faisait les trous dans des perles rocaille, je vous donne la méthode. Il y a deux façons de procéder: la première consiste à couler une goutte de pâte de verre autour d’un fil de fer. La deuxième et la plus rapide consiste à souffler un cylindre de verre d’une centaine de mètres de long . Une fois qu’on a la forme désirée on fait passer une tige métallique dans le tube avant que la pâte ait refroidi. On retaille ensuite le tube obtenu en morceaux qui sont ensuite nettoyés et polis. Le trafic avec l’Amérique devint si important que les vénitiens furent obligés d’envoyer leurs tubes de verre en Bohème où ils étaient coupés et polis! Puis la Bohème – qui abritait déjà de célèbres fabrique de verre et de cristaux se mit à fabriquer des perles et au milieu du XVIII ème siècle sa production finit par devenir plus importante que la production italienne.

De tous temps en France on a utilisé des pierres précieuses pour décorer les vêtements. Et à la fin du XIX ème siècle les robes « perlées » étaient très populaires. J’ai encore une merveilleuse robe de ma grand mère entièrement rebrodée de perles rocailles sur un tissu très fin genre organdi.

Mettre des perles sur un patch

L’avantage du travail de perle par rapport à la broderie provient de deux facteurs : d’une part ça va beaucoup plus vite de coudre une perle sur le tissu que de faire un point de noeud. Ensuite la perle a une qualité de brillant et de relief complètement différente et sa présence fait chatoyer le tissu. La présence de perles donne donc une vie particulière à un panneau : j’ai utilisé des tas de perles pour les branches de corail du récif corallien de mon petit fils, mais j’en ai mis aussi sur les herbes de la savane d ‘un autre panneau destiné à un autre de mes petits enfants.

Et bien sûr la plupart de mes crazys sont ornés de perles à la façon victorienne.La plupart du temps j’utilise les perles pour compléter et rehausser des points de broderie mais on peut faire autrement.

J’utilise surtout des perles rocailles avec une préférence pour les perles brillantes qui accrochent davantage la lumière. Il m’arrive d’utiliser des tubes, mais c’est toujours dans un but très particulier. La souplesse du tissu donne l’impression qu’ils sont de travers même lorsque je les ai cousus avec beaucoup de soin.

Récemment mon travail sur les yoyos m’a donné l’occasion de trouver aux perles d’autres usages. Là j’ai privilégié les « vraies » perles, c’est à dire celles qui ressemblent aux perles provenant des huitres. La garniture du centre du yoyo exige des perles bien plus grosses que les rocailles et l’aspect nacré de la perle donne à l’ensemble une allure précieuse que j’ai aimée.

J’ai utilisé aussi de grosses perles décorées que j’avais achetées au célèbre « Bead Shop » de Londres, mais il s’agit d’un panneau mural que j’ai prudemment placé hors de portée des mains avides de mes petits enfants! Les grosses perles font beaucoup d’effet mais elles ont tendance, du fait de leur poids à tirer trop sur le tissu.

Le travail de perle sur tissu est donc à la fois facile et très décoratif et je ne saurais trop vous encourager à l’essayer.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *