L’abbaye école de Sorèze

une maison à colombages

une maison à colombages

Sans son abbaye école Sorèze ne serait qu’un de ces ravissants villages qui se cachent dans les campagnes du Sud Ouest.

Mais l’abbaye fondée en 754 par les bénédictins a abrité une des écoles les plus célèbres de France école si célèbre que Louis XVI l’avait mise au nombre des écoles royales militaires.
La région des d’ailleurs favorable aux bénédictins puisqu’elle abrite aussi le célèbre monastère d’En Calcat plus – si mes souvenirs sont bons- une discrète abbaye bénédictine pour femmes.

Fermée par la révolution elle fut rachetée puis réouverte. Sa célébrité atteignit un sommet au XIXème siècle lorsqu’elle fut dirigée par le Révérend Père Dominique Lacordaire, sympathisant des idées propagées par la révolution française et pourtant champion de la re-christianisation des jeunes français dont les écrits et les sermons ont secoué la société de son temps.

L’école ferma en 1991 mais les bâtiments sont merveilleusement conservés et restaurés et elle abrite actuellement deux musées : l’un consacré à l’école proprement dite, l’autre aux tapisseries du prêtre Bénédictin d’En Calcat Dom Robert.

quelques exemples réalisés par Sally

quelques exemples réalisés par Sally

Une de mes amies assurait une animation origami. Elle a d’ailleurs eu énormément de succès et les groupes se sont succédé pour expérimenter les modèles (pour débutants) qu’elle avait préparés avec amour.
Nous, nous en avons profité pour visiter l’exposition.
Nous n’avions pas le droit de photographier, ici on prend très au sérieux la protection des œuvres – celles qui ne sont pas exposées sont soigneusement roulées et conservées dans les conditions de température et d’humidité soigneusement contrôlées. Mais il est facile de trouver sur le net des photos du musée et des tapisseries. ( j’en ai chipé deux ou trois à votre intention).
Voici mon cher Farfadet, mon préféré dont la reproduction trône depuis des années au dessus de mon lit. Il n’était malheureusement pas exposé  en ce moment et je n’ai pas pu le voir  » en vrai)

Farfadet

Le musée lui même est une création architecturale magnifique : complètement moderne et adapté à son propos il s’intègre de façon parfaite dans une architecture d’origine respectée . Et visiblement tout a été conçu pour mettre en valeur au maximum les œuvres présentées.

Une grande vitre permet d'admirer la charpente du bâtiment

Une grande vitre permet d’admirer la charpente du bâtiment

J’ai toujours eu une passion pour Dom Robert : ce grand amoureux de la nature et de la vie sauvage a créé des œuvres imprégnées de joie de vivre et de gaieté. Mais voir ses œuvres « grandeur nature »est tout simplement stupéfiant. Certaines sont immenses, il a fallu supprimer un étage et créer une trémie pour les exposer parce qu’un étage, même un étage de bâtiment ancien n’aurait pas suffi à les contenir.

dom robert dom robert 1 Et le bâtiment avec ses escaliers anciens pleins de charme, ses poutres monumentales constitue le cadre rustique idéal.

un escalier
Passionnant aussi de voir comment se construit et s’exécute une tapisserie. Un travail colossal aussi bien pour l’auteur du carton qui doit créer un dessin à grandeur (et à l’envers) mentionnant toutes les couleurs à utiliser (même si elles ne représenteront que quelques points de la tapisserie finie) que pour les lissiers qui l’exécuteront .

Je suis ensuite allée visiter le musée de l’école. Là encore le bâtiment est d’une beauté stupéfiante avec l’extraordinaire plafond peint de la salle des illustres, les corridors majestueux.

il est étonnant de voir le nombre d'hommes célèbres formés par cette école

il est étonnant de voir le nombre d’hommes célèbres formés par cette école

digne de Versaillles ou presque!

digne de Versaillles ou presque!

A l’étage on peut voir les cellules où couchaient les élèves, de minuscules pièces d’environ 4m2 pouvant contenir tout juste un lit étroit le une chaise/portemanteau/table de chevet. Plus intime qu’un dortoir certes, mais ça m’aurait rendue claustrophobe !

une cellule telle qu'elle était lorsqu'elle était occupée

une cellule telle qu’elle était lorsqu’elle était occupée

dans le hall les chaises portemanteaux avec les portraits de leurs occupants

dans le hall les chaises portemanteaux avec les portraits de leurs occupants

Une classe est encore munie de ses pupitres et de ses bancs.

Un visiteur a pris gentiment la position de l'élève

Un visiteur a pris gentiment la position de l’élève

Le très beau parc avec sa pièce d’eau n’est pas ouvert au public et la cour centrale entourée de façades austères ne m’a pas séduite, mais il y a tant de merveilles à voir que je ne saurais trop vous conseiller, si vous en avez l’occasion de faire un détour pour visiter Sorèze et son abbaye école.

une des cours et le côté de la chapelle

une des cours et le côté de la chapelle

It's only fair to share...Share on Facebook
Facebook
Tweet about this on Twitter
Twitter

4 réflexions au sujet de « L’abbaye école de Sorèze »

  1. Pom de l'atelierpapillon

    Oh ! J’ai vu un joli carrelage dans la longue pièce blanche !
    Le Farfadet m’a toujours plu, outre le travail qu’il représente, j’aime son harmonie et sa légèreté.
    Merci pour ce reportage très intéressant.
    Bon dimanche.

    Répondre
  2. marijo.m

    Merci pour ce article qui donne envie d’aller voir cette abbaye-école qui est superbe. J’avais déjà vu sur le net un reportage sur les tapisseries de Dom Robert qui m’avait parues merveilleuses. Bon dimanche.

    Répondre
    1. admin Auteur de l’article

      Je ne savais pas que ce musée existait- il n’est vieux que d’un an semble-t-il. C’est Sally qui me l’a fait découvrir et il vaut vraiment le déplacement

      Répondre

Répondre à admin Annuler la réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *