Les Crazys de Charles Edouard de Broin

Charles Edouard de Broin déploie pour moi un de ses quilts

Charles Edouard de Broin déploie pour moi un de ses quilts

Rien ne semblait destiner Charles Edouard de Broin à collectionner des patchworks. Ce géologue a passé une grande partie de sa vie à courir le monde pour découvrir des gisements de pétrole. De Sydney à Houston, Texas – où il  a résidé de nombreuses années- en passant par Londres, il a eu l’occasion d’approcher de nombreuses cultures et s’est intéressé à elles.

Son amour de l’art populaire s’est concentré sur le quilt. Il dit  »  pour ces quilts (fascination pour leur géométrie et leur impact graphique) mon intérêt s’est vite transformé en une passion pour leur dimension historique et culturelle, désormais l’objet majeur de mon intérêt pour la pratique. »

Son immense collection a été récemment exposée en deux temps à Paris  dans les superbes locaux de la Fondation Américaine. J’ai pu visiter la seconde partie de l’exposition qui avait été consacrée plus spécialement aux Crazys.

Galerie de la Fondation Américaine

Des centaines de crazys ont été exécutés dans le Royaume Uni est aux Etats Unis pendant les quelques 40 années où il a été la tendance dominante dans le monde du patchwork. Lancée par l’exposition organisée  à Philadelphie  en 1876 pour fêter le centenaire des Etats Unis  la folie du crazy s’est éteinte aux environs de la première guerre mondiale.

Il s'agit peut être d'au quilt "de deuil" que l'on posait sur le cerceuil

Il s’agit peut être d’au quilt « de deuil » que l’on posait sur le cerceuil

Cette mode a touché toutes les couches de la société : des modestes crazys en lainage aux somptueux crazys en tissus précieux,  utilitaires (de nombreux crazys sont matelassés et ont servi dans la vie quotidienne) ou simplement décoratifs ils témoignent des conditions d’existence des femmes de l’époque. Les ménagères ornaient les coutures d’un simple point de chausson , les riches bourgeoises oisives dont la broderie était l’occupation principale ont déployé leurs talents pour réaliser des oeuvres époustouflantes.

détail  quilt " à la roue"

Les crazys de Charles Edouard de Broin sont d’une qualité exceptionnelle. Il y a une variété de styles tout à fait remarquable romantiques ou graphiques, multicolores ou à dominante noire qui témoigne du sens artistique et de l’imagination des réalisatrices. J’en ai photographié quelques uns , j’aurais aimé les prendre tous, mais aucune photo ne peut rendre vraiment la richesse et le charme des pièces présentées.

tangage

quilt au cygne

It's only fair to share...Share on FacebookShare on Google+Tweet about this on Twitter

2 réflexions au sujet de « Les Crazys de Charles Edouard de Broin »

  1. Elisabeth

    Merci pour vos photos. J’ai eu la chance de voir cette exposition (découverte par hasard sur le site de France Patchwork) et suis restée émerveillée devant tant de talents! mais ce sont les quilts crazy en coton qui m’ont le plus touchée…

    Répondre
    1. admin Auteur de l’article

      Ce qui m’a attirée dans le crazy c’est la richesse, richesse des tissus, richesse des décorations qui enchantaient la petite fille frustrée en moi, celle à qui on avait imposé les tailleurs bleu marine et la petite robe noire au nom de la bonne éducation alors qu’elle aurait rêvé de couleurs et de fanfreluches. je suis donc assez peu sensible au coton mais je comprend votre point de vue.

      Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *