Archives pour la catégorie Non classé

Bow Tie

En ce début d’année je me sens tout à fait paresseuse et je n’ai pas envie de me compliquer la vie. Je me suis donc penchée sur un patron de débutante  le « Bow Tie », le noeud de cravate.

Tout compte fait ce patron a plus de ressources que ne le laisse soupçonner sa simplicité.

En principe il existe deux variations  de ce grand classique.

La plus simple est à base de carrés et de triangles.  Chaque noeud est composé d’un seul tissu mais on peut introduire une variante en modifiant la couleur du carré central.

La plus courante dispose les noeuds suivant la diagonale.

On peut créer un certain nombre de variations à partir de ce bloc :

Les blocs peuvent être placés les uns à côté des autres

Retournés de façon à former des sortes d’anneaux

ou décalés

 

 

ou en « tour du monde »

Dans tous les cas le montage n’est pas tout à fait simple.

Une méthode rapide a été mise au point .

Le patron original est un peu modifié  et il est beaucoup plus facile à réaliser.  Il s’agit d’ajouter deux triangles aux carrés  « de fond ».

Marquez le milieu de 2 côtés consécutifs du carré et joignez les points. Cela vous donne la taille du triangle de couleur

Naturellement cela suppose d’utiliser le même tissu pour la totalité du noeud et cela élimine la version bicolore, mais le montage est bien plus rapide.

Avec ce système  vous pouvez faire très vite un cadeau de dernière minute.  J’ajouterai que – même si on n’équipe guère les enfants de cravates, ce patron fait de superbes quilts de bébé!

 

 

Pierre de Fermat

Lorsqu’il y a quelques années   nous avons fait nos recherches pour honorer notre patrimoine, nous avons surtout exploré   le patrimoine architectural, c’est à dire les bâtiments  dont la beauté et l’originalité donnent son caractère à notre Sud Ouest.

Quelques unes ont créé un quilt centré sur les hommes ou des femmes qui ont été célèbres dans notre région comme La comtesse de Ségur ou La Belle Paule.

Aucune n’a pensé à célébrer celui qui a peut être été l’homme le plus génial de la région toulousaine: Pierre de Fermat.

La plupart d’entre nous ne le connaissent guère que par la rue et le lycée qui portent son nom à Toulouse.

Pourtant , pendant toute sa vie il a traqué les beautés et subtilités des mathématiques, démontré des théorèmes , découvert les liens entre algèbre et géométrie. 

Personnellement je ne m’intéresse pas aux chiffres, j’oserais même dire que je suis brouillée avec eux  mais en découvrant certains sites qui sont consacrés à son oeuvre ( comme celui ci: http://villemin.gerard.free.fr/Wwwgvmm/Geometri/NbTrianB.htm#D%C3%A9part)  j’ai été fascinée.

Naturellement je me suis demandé comment on pouvait adapter tout cela au patch – je n’ai pas encore trouvé mais sait-on jamais.

C’était un homme modeste et discret mais qui s’est rendu compte de l’importance de son travail  et avait le sens de l’humour

« Peut -être que la postérité me remerciera d’avoir démontré  que les anciens ne savaient pas tout » écrivit-il.

A l’occasion de l’anniversaire de sa mort – un 12 Janvier-  La France Pittoresque vient de publier un article remarquable sur ce mathématicien de génie et j’ai voulu le partager avec vous.

https://www.france-pittoresque.com/spip.php?article14345.

Les Douze jours de Noël

Aux Etats Unis, une des chansons les plus populaires pendant la période de Noël s’appelle  » The Twelve Days of Christmas », les 12 jours de Noël.

A Noël on la faisait chanter aux enfants et il existe des tas de livres destinés à l’illustrer.

On a même réalisé des films basés sur elle comme  » Les 12 chiens de Noël »

Au XVIII ème siècle on la proposait comme « jeu de mémoire » »

Cette comptine  exige effectivement  une bonne mémoire et pas mal de souffle  puisqu’il faut à la fois se souvenir de l’ordre et du nombre de cadeaux  décrits par les couplets   et les réciter  d’un trait.

 

 

Il s’agit d’une jeune fille qui décrit ce que son amoureux lui a donné pendant les douze jours de Noël:

  •  Le premier jour de Noël mon amoureux m’a envoyé une perdrix dans un poirier (partridge in a pear tree)
  • Le deuxième jour de Noël mon amoureux m’a envoyé  2 tourterelles (Two turtle doves) et 1 perdrix dans un poirier.
  • Le troisième  jour de Noël mon amoureux m’a envoyé  3 poules françaises (Three french hens),  2 tourterelles et une perdrix dans un poirier.
  • Le quatrième  jour de Noël mon amoureux m’a envoyé  4 colombes (Four calling birds,  3 poules françaises,  2 tourterelles et 1perdrix dans un poirier.                                                      Et ça continue ainsi . Chaque fois, en plus du cadeu du jour on récapitule ceux des jours précédents.
  • Le cinquième jour il envoie 5 anneaux d’or (Five gold rings)
  • Le sixième jour  des  oies  en train de couver (Six geese a-laying)
  • Le septième jour  7 cygnes en train de nager (Seven swans a-swimming)
  • Le huitième jour  8 servantes en train de traire (Eight maids a-milking)
  • Le neuvième jour 9 danseuses (Nine ladies dancing)
  • Le dixième jour  des jeunes gens qui sautent (Ten lords a-leaping)
  • Le onzième jour 11 flutistes en train de jouer de la flûte ( Eleven Pipers Piping)
  • Le douzième jour 12 tambours  (  Twelve Drummers Drumming)

En fait  ce chant très ancien – on pense qu’il remonte au 16ème siècle  aurait été écrit par les Jésuites à une époque où les catholiques étaient persécutés et devaient pratiquer leur religion en cachette.

 

Les douze jours de Noël représentent les douze jours qui séparent la Nativité ( 25 Décembre) de l’Epiphanie ( 6 Janvier). Et chaque animal ou personnage cache  un symbole chrétien. La forme amusante – et anodine- donnée à la chanson dissimule le fait qu’il s’agit d’un chant d’enseignement.

  • La perdrix, c’est Jésus (combien de fois ai-je voulu rassembler tes enfants, comme la poule rassemble sa couvée sous ses ailes Luc 13-34)
  • Les 2 tourterelles symbolisent la double nature de Jésus humaine et divine ainsi que les eux Testaments – l’ancien et le nouveau.
  • Les 3 Poules françaises, c’est la sainte trinité ( Père, Fils et Saint Esprit)
  • Les  4 Colombes sont les 4 évangélistes Matthieu, Marc, Luc et Jean
  • Les 5 anneaux d’or sont les 5 livres de l’Ancien Testament
  • Les 6 oies sont les 6 jours de la création
  • Les 7 Cygnes sont les 7 sacrements
  • Les 8 servantes sont les 8 Béatitudes ( voir Matthieu 5:3-10)
  • Les 9 danseuses sont les qualités de l’Esprit Saint ( Amour, Joie, Paix,  Patience, Gentillesse, générosité, Fidélité, Douceur, et Maîtrise de soi)
  • Les 10 Jeunes gens sont les 10 Commandements ( Exode 20:1-17)
  • Les 11 flûtistes sont les onze apôtres (on exclut le traître Judas)
  • Les 12 Tambours sont les 12 enseignements contenus dans le Notre Père

Aujourd’hui nous avons oublié le temps où les fidèles devaient se cacher et il nous reste une chanson dont nous pouvons garder le côté amusant ou dont nous pouvons aimer la symbolique en fonction de nos convictions personnelles.

 

Joyeux Noël à vous toutes

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Flocons de neige.

Noël devient de plus en plus la fête des marchands. Les magasins et les marchés de Noël regorgent de guirlandes scintillantes, de boules multicolores, d’ornements de toutes sortes, pour des fêtes éblouissantes.

Pourtant le meilleur Noël que nous avons eu est celui qui a suivi notre arrivée à Fort Sill. Le carton contenant les guirlandes et les boules s’était perdu et nous nous sommes retrouvés avec un sapin tout nu.

Qu’à cela ne tienne les enfants se sont mis au travail. Avec des paillettes, du papier de couleur, quelques formes en polystyrène  et des boules décolorées trouvées dans une brocante ils ont fait des merveilles. Ils ont passé des jours et des jours à peindre, découper, décorer avec ardeur. Le sapin  une fois monté était peut être moins clinquant, mais certainement plus personnel et ils étaient très fiers d’eux. J’ai encore dans mes réserves ces boules et des guirlandes et nous les sortons chaque année, même si maintenant elles sont accompagnées d’autres, plus spectaculaires, provenant des magasins.

Entre autres choses ils ont réalisé dans du papier glacé des séries de flocons de neige que nous avions collé sur les fenêtres – on aurait pu aussi les pendre dans le sapin. Et il m’a semblé que c’était une bonne idée de vous remettre en mémoire cette technique millénaire du papier plié et découpé qui permet de les réaliser.

Le plus simple est de prendre une feuille de papier machine blanc de bonne qualité.  Si vous vouliez des flocons plus gros vous pourriez prendre des feuilles en A3.

On commence par la remettre au carré.

Le carré est ensuite plié suivant la diagonale.

 

 

 

 

 

On plie le triangle une deuxième fois.

Le dernier pliage est le plus délicat puisqu’il faut diviser la base du triangle en 3 et plier de façon que les deux côtés se recouvrent.


Il est important de faire des pliages très soigneux et des plis bien nets de façon à obtenir un joli flocon.

Une fois cette préparation terminée, la fête commence.

On découpe  sur les plis avec des ciseaux en prenant soin de couper toutes les épaisseurs: Suivez votre fantaisie, faites des ronds, des carrés des arabesques.

Plus il y aura de découpages, plus le résultat obtenu sera fin.
Il est même possible de replier le papier encore une fois pour ajouter des découpes au centre des panneaux.

Prenez garde tout de même à laisser assez de papier pour la solidité de l’ensemble.

 

Le bas peut aussi être découpé de façon à  créer des formes variées.

Le dessin n’apparaît vraiment qu’une fois le papier déplié.

Les flocons en papier peuvent être réalisés sans difficulté par les enfants. Mais on peut en fabriquer avec d’autres matériaux. Faire des flocons au crochet est un  moyen amusant d’apprendre à crocheter.

Pour ma part j’avais utilisé des guipures pour décorer un quilt  « d’hiver » avec des cristaux de glace…

 

 

 

Un cadeau express

Le mois de Décembre passe toujours à toute allure et on n’a jamais le temps de faire tout ce qu’on voudrait. Or parfois on voudrait pouvoir fabriquer un cadeau de dernière minute ou une nappe pour le soir de Noël.

Pour vous aider les créateurs de tissus spécial Noël ont mis au point des tas d’imprimés amusants avec lesquels vous pouvez jouer . Il suffit de prendre quelques formes simples carrés ou triangles de mettre au centre  le motif de l’imprimé et le tout est joué. L’effet n’est pas à l mesure du temps impliqué!

Un chat sans souris ça n’existe pas.

Mais un chat coiffé c’est encore mieux

 

11 Novembre

Le coquelicot pousse naturellement dans même lorsque la terre est bouleversée par la guerre. Les destructions apportées par les guerres napoléoniennes transformèrent les champs dénudés en champs de coquelicots couleur sang.

A la fin de 1914 les champs du Nord de la France et des Flandres furent de nouveau bouleversés par les batailles qui faisaient rage du fait de la première guerre mondiale. Là encore les coquelicots furent une des seules plantes à pousser sur les champs de bataille ravagés.

L’utilisation du coquelicot comme un symbole en mémoire des soldats tombés au combat est due au chirurgien canadien John MacCrae, auteur du poème  » In Flanders Fields ». Le coquelicot était là pour représenter l’immense sacrifice consenti par ses camarades et il devint rapidement le symbole durable de ceux qui moururent pendant cette guerre et pendant les suivantes.

Il fut adopté par la Royal British Legion  comme symbole de leur « Poppy Appeal » ( créé en 1921) qui chaque année  lève des fonds pour aider ceux qui ont servi dans les Forces Armées Britanniques.

Tous les thèmes sont utilisés : des animaux comme les chevaux, chiens de guerre ou pigeons voyageurs

Des soldats allant au front, protégés par une aviation encore au berceau.

ou ce simple soldat dont l’uniforme est immédiatement reconnaissable et dont on doit absolument se souvenir ( couronne de coquelicots)

Les styles sont variables: plus graphiques et abordant les différents thèmesliés au combat

J’ai aussi retenu ce dessin frappant fait par des graphistes

N’oublions jamais que ces hommes ont vécu l’enfer pour que nos pays puissent conserver leur indépendance et leur identité

Le Siyadala Quilt Festival à Port Elizabeth Afrique du Sud

Mon amie Doreen vient de me faire parvenir une série de photos incroyables prises lors d’un festivl organisé par les quilteuses d’Afrique du Sud – le Siyadala Quilt Festival de Port  Elisabeth. Ce festival est un des grands évènements du quilt en Afrique du Sud . Cette année il a eu lieu dans un endroit magnifique,  le Collegiate High School pour filles.

Une série de merveilles réalisées par les meilleur(e)s artistes d’Afrique du Sud . Il y avait aussi un département réservé aux  » Tent Makers du Caire » dont je vous ai déjà parlé  et dont le merveilleux travail est justement reconnu.  (http://www.patchwork-perles-broderies.com/blog/wp-admin/post.php?post=1936&action=edit)

Lire la suite

Odd Fellow’s chain pattern

L’autre jour je suis tombée sur ce vieux dessin au nom bizarre (on pourrait traduire par  » la chaîne du drôle de gars ») .L’historienne Barbara Brackman, estime c’est un  bloc très ancien, probablement antérieur à 1895. On le rencontre souvent dans les quilts anciens et lorsque les blocs sont assemblés on obtient des motifs secondaires intéressants . Et la sophistication du résultat n’est pas à la mesure de la difficulté d’exécution.

En fait ce bloc est une variation de la fameuse « Etoile dans une étoile »

Au départ il y a une simple étoile à 8 branches, le genre d’étoile que nous avons toutes faite lorsque nous débutions.
Cette étoile a semblé simplette à nos grand mères et elles ont décidé de l’orner un peu. Un des moyens utilisé a été de mettre une étoile plus petite à l’intérieur de la première. Et on obtient le fameux bloc : étoile dans l’étoile ( Star in a Star)

Cet aspect est déjà plus intéressant mais les triangles et carrés extérieurs ont semblé bien vides. Pour le décorer une couturière a décidé d’orner ces morceaux unis en utilisant les mêmes éléments que ceux qu’elle avait utilisé pour l’étoile centrale. Odd Fellow’s Chain était né. La version simplifiée ne comporte que les ornements extérieurs – l’étoile centrale ayant été supprimée.

La façon la plus simple d’utiliser le bloc est de faire une juxtaposition directe des carrés :

Mais cette simplicité n’exclut pas la fantaisie: en variant les placements de couleur on peut obtenir des résultats tout à fait différents

On peut aussi jouer aux poupées russes et pousser le système étoile dans l’étoile encore plus loin en ajoutant une nouvelle étoile autour des deux premières.

Voici un quilt réalisé à partir de cette variation.

On pourrait  continuer ainsi et ajouter d’autres étoiles autour de celle-là. Mais dans ce cas il faut prévoir une étoile centrale assez petite puisque chaque étoile ajoutée a une taille double de la précédente.

Nénuphars

Les nénuphars du bassin sont en pleine floraison et j’admire chaque jour une fois de plus cette fleur qui a été une telle source d’inspiration pour Monet . Les grenouilles  et les poissons les adorent aussi, ils  se cachent sous les feuilles  et ça leur fait de l’ombre.

Le nénuphar peut être utilisé de tas de façons:

brodé, appliqué, peint.

On peut aussi fabriquer des ornements de table en utilisant

du papier ou des pétales séparés que l’on réunit ensuite

 

 

Les quilteuses aussi ont été inspirées

par ces larges feuilles arrondies

faciles à réaliser et ces gros pétales qui ,

une fois superposés donnent

un relief étonnant au travail.

Il y a quelques années je vous avais déjà proposé quantité de photos qui l’illustraient,

Nénuphars

mais j’ ai trouvé de nouvelles interprétations du thème ,

Certaines sont très originales . Celle de Sonya   utilise astucieusement un tissu déjà imprimé

Celle de Aardvark-Quilts-Borealis est si sytlisée qu’on ne reconnait pas vraiment la fleur mais le quilt est très beau

plus quelques dessins

Une magnifique composition comportant nénuphars et poissons des éditions « Dover »

dont naturellement un dessin de Nancy Cabot publié dans le Chicago Tribune de Décembre 1940


et aussi un dessin de matelassage pour celles qui aiment matelasser main…