Arbres de Noël

Pendant des années, j’ai consciencieusement décoré le traditionnel arbre de Noël sans lequel Noël ne serait pas vraiment Noël.

Pendant longtemps nous achetions un sapin chaque année mais nous n’aimions pas vraiment participer au massacra annuel qui fait couper tant d’arbres au nom de la célébration de la fête. Nous l’avons alors remplacé par un arbre artificiel. C’était plus satisfaisant au niveau écologique  mais ça ne remplaçait pas vraiment « le vrai ».

Et maintenant que les enfants sont adultes ainsi que les petits enfants  j’ai de moins en moins envie de décorer toute la maison pour les fêtes comme je le faisais autrefois. Et cette année je n’avais rien envie de faire du tout!  J’ai donc cherché une solution et la vue d’un petit film américain me l’a donnée. Il s’agissait de deux enfants dont la maman était si pauvre qu’elle n’avait pas les moyens d’acheter l’arbre et encore moins ceux d’acheter les guirlandes et boules indispensables à sa décoration. La petite fille décidait donc de dessiner l’arbre sur le mur de la chambre et de le décorer avec des capsules de bouteilles de bière  récupérées dans le bar où travaille la maman.

Après tout un arbre n’a pas besoin d’être réel pour exister!  Et on peu aussi faire simplement un panneau mural dont on peut varier la décoration et qui servira tous les ans.

Le premier et le plus simple est simplement composé de triangles. Il conviendra à celles qui préfèrent un panneau « dépouillé. »

Le deuxième  peut être réalisé en pliages superposés façon Somerset patchwork revisité pour des rectangles. Cela donne une impression de relief  et chaque morceau peut être décoré d’une grosse perle dorée ou de petites breloques comme  celles qu’on utilise pour les bracelets.

Le suivant est astucieusement composé de morceaux superposés dont les bords ont été travaillés pour donner l’impression d’une vraie branche tombante. Et aux perles et breloques on a ajouté des guirlandes de perles.

Celui ci est composé uniquement de yoyos cousus sur un fond et abondamment décorés de perles. Il est très beau mais on pourrait le réaliser avec une séries de tissus verts ce qui ferait plus « sapin de Noël »

Une arbre tout simple à base de carrés et de triangles. le choix des tissus lui donne beaucoup de vie et lui aussi est décoré de guirlandes de perles. On a mis en haut une véritable étoile peut être un vestige d’une paire de boucles d’oreilles.

Celui ci  pourrait être réalisé de façon astucieuse avec un centre en forme de cône sous lequel on a glissé une série de somerset -prairies points. Des étoiles sur le fond, des guirlandes de perles et aussi des décorations miniatures multicolores donnent l’impression qu’on a affaire à un arbre véritable.

Le dernier a été  créé avec un simple tissu en forme de triangle appliqué sur un fond. Et en guise de décoration on a suspendu une série de yoyos précédés d’une grosse perle. 

Je ne sais pas encore ce que je vais faire moi même, peut être une simple combinaison des idées précédentes, bien que je sois très tentée par le dernier modèle: dans ce cas j’utiliserais des tissus métallisés pour les yoyos et j’ajouterais sans doute quelques guirlandes. Il n’est pas nécessaire de s’en tenir aux guirlandes de perles d’ailleurs, des rubans de papier coloré pour emballage donneraient sans doute un résultat intéressant surtout si on les fait un peu « tirebouchonner ».

11 Novembre 2018

La Mairie d’Avignonet a célébré le centenaire de l’armistice avec  panache . Les chorales locales avaient appris pour l’occasion des chants patriotiques . Une belle cérémonie s’est tenue devant le monument au morts  Et la très compétente association historique « Poussières d’Histoire » a organisé une exposition  consacrée à cette guerre qui fut sans doute la dernière guerre patriotique.

L’affiche appelant à la mobilisation avait été pieusement conservée sous verre. Malheureusement la vitre a capté le reflet de la fenêtre située en face et endommagé la photo.

Ce que j’ai aimé dans cette exposition c’est qu’elle a aussi rendue hommage à tous les habitants du village qui ont participé aux combats et se sont illustrés en rapportant médailles et citations.

J’ai été étonnée de la quantité d’objets rassemblés.  Armes soigneusement entretenues : fusils, canon miniature et une des premières mitrailleuse,s.

Uniformes pieusement conservés dont ces fameux pantalons rouges qui ont causé tant de morts.

Une très belle selle bien astiquée elle aussi ce qui a préservé le cuir.

Il y avait même un brancard d’époque  et un tablier de croix rouge rappel  de ceux qui se sont dévoués, parfois au péril de leur vie , à aller chercher les blessés sur les champs de bataille pour les amener à a sécurité relative des hôpitaux de campagne.

A l’extérieur un authentique camion utilisé pendant la guerre

Le club de patchwork a voulu apporter sa contribution à la commémoration et nous avons réalisé un quilt .

Nous avions choisi de remplacer le drapeau par les fleurs de France qui le symbolisent! bleuets, marguerites et coquelicots,  Et la mairie a fait de même: les gerbes déposées devant le monument au morts étaient faites des mêmes fleurs

Une commémoration digne  qui nous incite à ne pas oublier ce que deviennent un pays et ses habitants lorsque l’enfer se déchaîne.

 

Sorcières ou chrysanthèmes

Le temps estival d’hier et d’aujourd’hui nous a permis de nous remettre du mauvais temps qui accompagnait la Toussaint. Beaucoup d’entre nous sont allées fleurir les tombes familiales et l’on voit partout  les merveilleux pots de chrysanthèmes  qui se vendent pour l’occasion.

La  » Fleur d’or » n’a guère inspirée les quilteuses. Je n’ai trouvé qu’un seul quilt qui l’utilise, un superbe appliqué de Carol Varian.

Pourtant il y a longtemps déjà j’avais fait à grand peine un « chrysanthème géant » .

Lire la suite

La foire d’Automne d’Avignonet

Hier comme chaque année Avignonet était en fête. La foire d’automne rassemblait des artistes, des artisans et les stands d’un vide grenier. Nous avions été très inquiets car la méteo n’était pas favorable et nous redoutions la pluie. Nous avons eu du soleil toute la journée! Hélas le vent d’Autan soufflait en tempête et a rendu la journée bien pénible pour ceux qui tenaient un stand à l’extérieur. Le maire avait dû décider au dernier moment d’en déplacer un certain nombre car leur sécurité ne pouvait pas être assurée sur le parvis de l’église. De nombreux visiteurs et flâneurs ont bravé les éléments et il faut dire que cela en valait la peine: une partie des stands étaient consacrée à ces métiers anciens et trop oubliés de nos jours.

J’ai acheté un jus de pomme délicieux. Il avait été pressé devant moi à l’aide d’une presse manuelle et s’il n’avait pas la limpidité des jus de pommes industriels, il leur rendait des points sur les plans de la fraîcheur, de la qualité et du goût. Les chalands ne s’y trompaient pas et la vendeuse avait peine à suivre la demande.

Les pommes sont hachées

puis pressées

Même enthousiasme vis à vis du pain pétri sur place, cuit dans un four « de campagne » et qui se vendait tout chaud à peine sorti du four.

la farine est tamisée devant nous

la miche prête à enfourner

Des pruneaux moelleux de la dernière récolte, des chataignes grillées sur place , des gâteaux et des oreillettes faites maison, du miel récolté autour du village complétaient le régal.

Une fois de plus je suis tombée en arrêt devant le spectaculaire soufflet du chaudronnier, et devant l’habileté  de la « balancière »  qui tressait devant nous ses paniers d’osier. Il y avait aussi de nombreux objets en bois au fini impeccable, des lainages faits main à partir de laines moelleuses… et bien d’autres choses encore.

la magie de l’osier

La balancière à l’oeuvre

Un rempailleur de chaise réparait des chaises avec de vrais brins de paille . Bref j’ai retrouvé mon enfance et je suis heureuse que la mairie d’Avignonet fasse tant pour maintenir nos traditions vivantes.

Le vide grenier était de qualité aussi : de très beaux objets,

de vieux outils. Je me suis sentie réconfortée…. j’avais plus ou moins renoncé à ces vide greniers consacrés pour la plus grande part aux jouets et vêtements d’enfant – ce qui ne me concerne plus!

L’art n’était pas oublié. Les belles salles de la bibliothèques abritaient des artistes de divers horizons, peintres, potiers, un ferronier…. et nous.

Nous avons été heureuses d’être invitées à participer en tant qu’artistes et nous avons eu un bel emplacement  inondé de lumière qui mettait bien les patchs en valeur. Les patchs exposés avaient été faits en commun par les membres du club  et étaient très représentatifs de notre travail. A notre grande joie ils ont été très admirés.

The Tower Meanwood

le majestueux porche d’entrée

Ma fille aînée est architecte et comme moi elle est passionnée par les bâtiments. Lorsque je vais la voir je partage donc mon temps entre les magasins de tissu et les monuments de sa région.

La région de Leeds a été incroyablement riche du temps où les usines  de tissu tournaient à plein régime et employaient des milliers de gens.

Tout cela a disparu aujourd’hui, comme chez nous, mais il reste des dizaines de  châteaux imposants construits pour les propriétaires des usines ou des terres.

La ruine de ces propriétaires a entraînée celle des bâtiments. Les terres ont été vendues pour construire des bungalow bon marché, les bâtiments eux mêmes ont été abandonnées ou découpés en appartements…. leur splendeur a disparu  et c’est infiniment triste.

des échafaudages tentent de maintenir la façade

The Tower de Meanwood est un de ces châteaux. Il avait été construit par le père de Pugin, un architecte célèbre, auteur de la Maison du Parlement à Londres – Big Ben) un architecte parmi les leaders du mouvement arts and crafts.

Aujourd’hui  le parc a disparu  il ne reste que quelques mètres autour de la maison, jardin négligé envahi par une végétation anarchique qui pousse jusque sur l’escalier d’entrée ou transformé en parc de stationnement.

fenêtres aveugles, parc réduit à sa plus simple expression

Une végétation luxuriante entoure le château

vue de la rue

Le bâtiment déserté a été partagé en appartements, il ne reste que quelques vestiges du luxe passé  comme les magnifiques escaliers en marbre et en acajou massif.

  l’escalier principal

 

même l’escalier secondaire est magnifique

Pourtant ceux qui habitent aujourd’hui ce qu’on appelle « the Bungalow » et servent de gardiens adorent  l’endroit.

actuellement le logement des gardiens

Ils font de leur mieux pour le conserver et raconter son histoire. Mais il faudrait des millions de livres pour le rénover et lui rendre sont cachet et jusqu’à présent aucun mécène ne s’est laissé séduire. Dommage.

il y avait plusieurs de ces cheminées si originales, ces deux là sont les seules à tenir encore debout

Gabrielle Paquin à Labastide Rouairoux

Je trouve enfin le temps de trier mes photos , honte à moi. Mais entre la publication de mon dernier livre  » La Folie des hexagones » et l’opération de mon petit chien qui m’a fait faire beaucoup de souci j’ai été très occupée. Tout va bien maintenant. Luna a retrouvé sa vitalité habituelle et le livre est lancé!. Vous pouvez le trouver  dans la bibliographie du blog.

Donc comme tous les ans je suis allée faire un tour à Labastide Rouairoux.  J’ai toujours infiniment de plaisir à refaire le tour des machines fabuleuses sur lesquelles nos grands parents tissaient et filaient.

Les stands  à l’extérieur étaient toujours aussi pittoresques et pleins de merveilles .

Mais les points forts de cette année étaient l’exposition des patchworks français de Michel Perrier et  la plus belle exposition de papillons que j’ai jamais vue, oeuvres de Gabrielle Paquin. Gabrielle Paquin est une artiste atypique toujours très graphique, un graphisme accentué par l’emploi de tissus rayés.

Vous me direz que Gabrielle Paquin ne fait pas que des papillons, et vous aurez raison, mais j’adore les papillons et son traitement bien particulier du patchwork se prêtait admirablement au sujet en allégeant ce que les lignes auraient pu avoir de rigidité. J’ai donc pris quelques photos!

 

 

un livre charmant Friendship Quilts

L’autre jour j’ai déniché dans une boutique anglaise un petit livre d’occasion appelé   » Friendship Quilt »

Ce livre destiné à de très jeunes enfants raconte l’histoire d’une bande d’amis représentés par des animaux.

L’une d’entre eux,   Raddie,  pleure sa grand mère qui vient de mourir et rien ne semble capable de la faire surmonter son chagrin.

Ils décident donc de lui fabriquer un quilt de façon qu’elle soit entourée sans arrêt de leur présence amicale. Chacun fournit un morceau de tissu qui a pour lui une signification particulière et ils se mettent au travail. Voici le scan de quelques  pages.

Hank et ses amis rassemblent les morceaux de tissu. Nous allons les oudre ensemble pour faire un quilt dit Hank

Les amis cousent et cousent . C’est un dur travail. Ils se piquent avec leurs aiguilles et emmêlent leur fil

Raddie a les larmes aux yeux . Hank l’enveloppe dans le quilt et lui dit: ce quilt est plein de mémoires heureuses. Un par un les amis se glissent sous le quilt

Naturellement le quilt remplira son office et la petit fille se sentira consolée.

Un livre délicieux, assez curieusement écrit en Coréen par Cecil Kim , illustré par un Coréen Ha-Jin- Jeong et publié tout d’abord dans ce pays. Et qui illustre la façon dont le quilt  bien d’autres fonctions que celle de tenir chaud.

Le musée des machines de Leeds

Par une de ces journées grises dont l’Angleterre a le secret nous sommes allées visiter le musée des machines de Leeds. Il a été installé dans une de  ces usines textiles qui ont fait la richesse de la ville. Aujourd’hui, comme en France à Mazamet Castres ou Labastide Rouairoux, toutes les usines ont fermé et il ne reste plus que le souvenir de l’activité bourdonnante du lieu et de la richesse créée.

Naturellement l’usine est installée au bord de la rivière qui alimentait les machines grâce à l’énergie hydraulique produite par une roue gigantesque (et in-photographiable). Le lieu est merveilleux, verdoyant et nous ne nous lassions pas d’admirer ce cadre qui a aujourd’hui retrouvé sa puissance romantique.

Il a tout de même fallu grimper sur une fenêtre pour la prendre!

Après le barrage la rivière reprend son cours tranquille à peine perturbé

L’intérieur de l’usine est moins gai : des pièces immenses relativement obscures en dépit des nombreuses fenêtres,  contenant encore les alignements de machines qui servaient à l’industrie. Elles sont totalement vides aujourd’hui de la vie qui les animait alors.

une des salles avec son alignement de machines

La salle s’étire sur des dizaines de mêtres

Le musée contient des trésors comme une machine Jacquard

Ce métier est si haut et si énorme que ne n’ai pas pu le photographier en entier avec le recul dont je disposais

ou une « Little Jenny » la première machine à filer inventée en 1764 par James Hargreaves et actionnée à la main… Une rareté malheureusement coincée dans un entassement d’objets qui la met trop peu en valeur.

une machine tout en bois actionnée par une roue énorme

 

Comme d’habitude j’ai été séduite et impressionnée par les énormes machines destinées à filer puis à tisser ….

Cette machine prépare les fils pour qu’on puisse les monter sur le métier à tisser

D’autres salles nous montrent les machines à coudre, elles aussi entassées dans la pièce au point qu’il devait être difficile de se mouvoir

un peu floue, excusez-moi mais c’est une Singer bien sûr

et aussi les premières machines à repasser. Je crois sans en être sûre que ce premier fer électrique était aussi un fer à vapeur.


Des affiches nous présentent les travailleuses pour nous faire prendre conscience de leurs conditions de travail.

et aussi l’élection des reines du coton ou du chemin de fer, une pauvre façon de consoler les femmes du dur travail et de la paie insuffisante. Mais cela semblait attirer les foules.

Il y a d’autres machines mais je vous ai présenté seulement ce qui concerne notre passion commune, le tissu.

Si vous visitez le nord de l’Angleterre  ne manquez pas de faire une visite à ce musée trop peu connu et fréquenté.

Birmingham 2018

Toujours aussi séduisante l’exposition 2018. Tant de belles choses qu’il aurait fallu y passer les 4 jours pour tout voir. Voici donc un simple aperçu, j’ai pris plein de photos  en dépit de problèmes   avec mon appareil. Doreen m’en a envoyé d’autres. L’avantage est que nous sommes si différentes toutes les deux que nous avons trouvé le moyen de photographier des quilts tout aussi différents – avec quelques exceptions.

Voici une partie de celles que m’a envoyé Doreen. Malheureusement elle n’a pas noté les numéros et je n »ai donc pas pu retrouver les auteurs.

Kitty café

Après avoir beaucoup peiné pour améliorer mes performances en matelassage machine, j’ai décidé de faire une pause. Et nous sommes allées, ma fille et moi, faire un tour au Kitty café nouvellement ouvert à Leeds.

Nous sommes arrivées juste après l’heure de pointe de midi qui avait vu les chats harcelés par une bande d’enfants et d’adultes enthousiastes – en dépit des recommandations écrites en grosses lettres sur le mur d’entrée. la plupart des chats se reposaient donc tranquillement dans leur chatterie et ceux qui étaient restés étaient perchés hors d’atteinte sur les passerelles spécialement aménagées pour eux.

J’ai tout de même réussi à prendre quelques photos.

Une des passerelles

une vue du café. Cherchez les silhouettes de chat!

de là haut je jouis de la vue

comment allons nous nous croiser?

je domine la situation

je décore la vitrine

venez donc me chercher là haut

Et pour celles qui n’ont pas un Kitty café près de chez elles voici quelques quilts à caresser

David Taylon Marmalade

Chats en habit

préférez-vous un chat noir ou un chat blanc

les chats de « Lady et le clochard »