Etoile de Noël dernière minute

Bonjour

Ces histoires de confinement  avec leur cortège de masques et d’interdiction de sortie m’ont tellement démolie que depuis des semaines je tourne en rond sans rien faire. Je n’avais donc rien prévu de spécial pour un Noël que je pensais devoir être solitaire. Et voilà qu’avant hier mon fils m’a téléphoné qu’il arrivait avec sa femme et le bébé. Panique à bord. J’ai ressorti le sapin en vitesse  mais je voulais aussi faire quelque chose d’un peu spécial pour eux. Etant donné mon état, je ne me sentais pas capable de réaliser  quelque chose de vraiment élaboré. J’ai donc fouillé sur internet et j’ai trouvé un très bon tuto qui permet de faire une belle étoile en peu de temps. La seule chose que je lui reproche est l’imprimé à fond blanc qui me semble trop peu contraster avec le fond!

Je vous met ci dessous un résumé du tuto avec la conversion des mesures en centimètres,  j’ai ajouté un schéma de l’étoile et surtout un schéma du carré d’angle car si cela semblait très simple sur le tuto, je crains que certaines d’entre vous le trouvent compliqué  à réaliser.


Si vous avez un centre de table de dernière minute à réaliser, je vous conseille celle-ci.
Voici le lien pour le tuto .

https://www.youtube.com/watch?app=desktop&v=Z2LaV0W0_zY

– Taillez des carrés de 5’’75 (14,5 cm) tailler 1 carré rouge, 2 à fleurs 1 fond.

– Posez les carrés par 2 endroit contre endroit.

– Marquez le biais et cousez de chaque côté du trait. Puis coupez le long de la ligne du milieu.

– Posez endroit contre endroit, couture contre couture un carré de chaque couleur.

– Marquez la diagonale opposée et faite la même manœuvre que précédemment.

– Recoupez les carrés composites obtenus en faisant coïncider les diagonales de la règle et celles du carré de façon à obtenir des carré de 4’’/2 (11,5 cm)

-Posez votre règle sur un des carrés et coupez de façon à obtenir 2 rectangles.

1 de 3’’,5 (9 cm) et 1 de 1’’(2,5 cm)

– Taillez un carré de 4’’5 ( 11 cm) dans le tissu du centre et un de 5’’5 (14 cm) dans le tissu rouge.

– Coupez le carré rouge en 4 en suivant les diagonales et attachez chaque triangle rouge au carré du centre.

– Retaillez le carré obtenu en faisant coïncider le centre de la règle et celui du carré de façon qu’il fasse 11 cm de côté

– Disposez les rectangles retaillés autour du centre. Il ne vous reste plus à réaliser que les carrés d’angle.

Taillez 2 carrés de 5’’75 (14,5 cm) Retailler le carré à partir de l’angle en ménageant un angle de 30° ( vous pouvez faire 2 triangles par carré)

Le système employé pour faire le carré d’angle m’a semblé compliqué et exige une règle spéciale. Si vous ne l’avez pas essayez d’utiliser l’angle 30° de votre règle. Pour vous aider je vous ai fait un schéma du carré d’angle. Vous pouvez le dessiner sur un papier ( le carré fait 23 cm et il faut ajouter les coutures) pour avoir les gabarits.

– Taillez dans le tissu de fond une bande de 3’’75 ( 9,5 cm)

– Pliez la bande en 2 et ménagez un angle de 60°

Une fois que vous avez préparé tous vos morceaux, assemblez et ajouter la bande.

 

Joyeux Noël

Kimono d’hier et d’aujourd’hui

Mon amie Doreen  a partagé avec moi les photos qu’elle a reçues de cette extraordinaire exposition de kimonos. Des dizaines de photos. J’ai voulu trier et n’en présenter que quelques unes mais comment décider?  En fin de compte je n’ai réussi à en éliminer que quelques unes, généralement pour des raisons techniques. J’espère que cette accumulation d’images ne vous découragera pas!

Je vous ai traduit l’affiche  qui présentait l’exposition:

Le kimono est un vêtement emblématique. Pour le japonais il incarne la culture et la sensibilité nationale. Pour d’autres, le kimono est un vêtement exotique. Il symbolise le statut et le fait que sa forme soit demeurée inchangée au cours des siècles signifie que le kimono est souvent perçu comme traditionnel, intemporel, immuable Cette exposition va aller à l’encontre de cette conception, montrant que ce vêtement est fluide, et influencé par la mode aussi bien au Japon qu’ailleurs.

Le mot kimono signifie simplement «  la chose à porter ». Ce vêtement a une histoire qui remonte à plus de mille ans. Dés 1615, au commencement de lère Edo, chacun portait un kimono indépendamment du sexe et du statut social. Au milieu du 17ème siècle une culture de la mode commença à émerger à Kyoto, centre de la production du textile de luxe. C’est à cette époque que le kimono commença à être importé en Europe et il eut un impact immédiat sur le style des robes. Aujourd’hui encore l’influence globale du kimono continue à se faire sentir sur les défilés de mode autour du monde

 

 

Kambiro

Un autre stage très chouette avec Emilie et Fabien.

Cette fois ci il s’agissait de s’initier au Kambiro, une technique proche du Sachiko que les indiens utilisent soit pour matelasser leurs ouvrages soit pour faire des broderies . L’un d’ailleurs n’excluant pas l’autre.
Lorsqu’on matelasse on utilise un fil de coton épais qui peut être blanc ou coloré. Les ouvrages de broderie sur soie ou autre utilisent des fils de couleur beaucoup plus fins. On obtient ainsi des motifs géométriques d’une extrême finesse
Voici trois exemples de travail exécuté avec un fil fin.

Nous avons commencé par assembler  quelques carrés/rectangles de tissu taillés dans les beaux indigos créés par Damien. Emilie avait prévu une notice de montage détaillée mais la plupart d’entre nous ont fait quelques « erreurs » qui ont permis d’obtenir des résultats différents. Puis nous sommes passées aux choses sérieuses. il faut tracer une grille de base pour obtenir des points de longueur égale dans les 2 sens (horizontal et vertical). Il faut ensuite alterner les points avant de façon à les décaler d’une rangée à l’autre selon une séquence de  8 rangées. Au début de n’est pas évident, on ne sait plus trop où aller. Heureusement  qu’Emilie et Damien étaient là pour nous remettre sur le droit chemin.

L’après midi s’est écoulée trop vite hélas et nous n’avions pas terminé de loin. Mais Danielle a continué à travailler chez elle et nous sommes émerveillés du résultat qu’elle a obtenu. Plus question maintenant de laisser le top inachevé moisir dans un placard!

Arbre de vie avec miroirs et embellissements

Comme vous le savez toutes la plupart des manifestations prévues pour nous ont été annulées pour raisons sanitaires. Pour soulager un peu notre légitime frustration notre déléguée Brigitte a organisé chez elle une série de 4 cours animés par Emiiie et Damien. Il est plus facile de régler les problèmes de distanciation etc. dans un petit groupe  et dans un lieu privé.

J’ai eu la chance d’assister jeudi au deuxième cours de la série qui était destiné à l’ornementation  et au travail de miroir. Ce travail de miroir est je crois spécifiquement indien et  j’avais toujours rêvé d’apprendre à percer ses secrets. Emilie nous a montré un arbre entièrement décoré dont la beauté nous a impressionnés.  Damien avait imprimé de magnifiques arbres de vie  « vierges » sur un tissu noir et Emilie nous a aidés à le décorer .

Nous étions éparpillés autour d’une immense table, mais nous avions trouvé le moyen d’étaler nos affaires de telle façon que l’on avait l’impression de manquer d’espace!

Emilie seule se déplaçait et était parfois obligée de s’approcher de l’une ou l’autre d’entre nous pour nous montrer concrètement l’exécution d’un point.  .Nous étions si passionnées par nos ouvrages que nous en avons parfois oublié de papoter, ce qui montre l’intensité de notre application. Il faut dire que tout cela n’était pas simple! Il m’a fallu plusieurs essais avant de parvenir à fixer correctement mon miroir.

Naturellement la complexité du modèle nous a empêchées de terminer dans la journée mais nous allons certainement travailler d’arrache pied pour le terminer.


Une journée détendue, amicale et intense dont nous avions toutes grand besoin après ces longs mois de disette et d’isolement. Merci à Brigitte, Emilie et Damien pour cette super journée

Puzzle

L’  autre jour je suis tombée par hasard sur l’image d’un quilt qui a attiré mon attention :il me semblait allier simplicité et originalité.   Le concept semblait simple… des carrés  et des losanges, séparés par des bandes et  répartis de façon irrégulière sur la surface. Le tout était posé en biais ( je dirais un angle de 30°)  ce qui lui donnait du mouvement.

Mais à y regarder de plus près la construction était beaucoup plus savante qu’on pouvait le croire. Je me suis amusée à  faire une simulation.

Pour que ce soit plus facile à voir j’ai mis les blocs droits et vous voyez tout de suite que l’aspect général est beaucoup plus rigide.

Les blocs sont séparés par des bandes  Les bandes placées entre les blocs  ont la longueur d’un carré et la largeur d’une moitié  de bloc et j’ai ajouté quelques traits pour que vous repériez leur emplacement. Cela vous donne des repères pour décaler les carré et les losanges.

Le quilt a été prévu dans des rouges et des noirs/ gris, mais vous pouvez puiser dans vos chutes et faire un « scrap quilt ».

Sur l’original la  bande faisait un tiers de la largeur du bloc. Ca permettait d’avoir un aspect plus irrégulier mais il n’y avait pas de repère aussi net pour décaler les bandes. Je crois qu’on peut bien s’amuser avec ce patron, en tout cas, je vous le souhaite.

Moulin à vent

Le Lauragais est un pays de vent. le moindre prétexte lui est bon pour souffler en tempête et on dit même que nous avons 8 vents différents correspondant aux différentes directions de la rose des vents. Un jour sans vent est un cadeau du ciel. On dit qu’ à Villefranche de Lauragais il n’y a dans toute l’année que 68 jours qu’on puisse considérer comme « sans vent » ce qui ne signifie pas qu’une brise légère n’anime pas ces jours là!

C’est pour cette raison que je me suis toujours intéressée au traditionnel « windmill » , le bloc moulin à vents. Le bloc de base est très facile à faire- 8 triangles  dans 2 couleurs contrastées- bien qu’il soit parfois délicat de faire coïncider exactement les pointes.

Mais comme le vent ce patron de base a plus d’un tout dans son sac et peut donner lieu à de multiples variations tout en restant facile à exécuter. C’est donc le patron idéal pour un été nonchalant! On peut s’amuser avec les couleurs et le résultat est très gai

La variation la plus simple consiste à diviser certains triangles en 2

La variation double  moulin permet de faire facilement des quilts intéressants

On peut aussi faire varier la taille des blocs à l’intérieur d’un même quilt Le quilt de Jodie est très intéressant à ce point de vue quoique, à mon sens, il aurait mérité qu’elle utilise des imprimés un peu plus contrastés

Mais naturellement les créatrices ne se sont pas arrêtées là
L’introduction de courbes modifie complètement l’aspect du bloc

On peut aussi utiliser les pliages japonais pour obtenir l’effet « moulin »

En combinant avec d’autres formes on peut obtenir des effets intéressants

 

J’ajoute une photo de détail pour que vous puissiez admirer la construction du bloc

Et puis on peut s’écarter complètement du bloc traditionnel …

 

ou même faire vrais moulins avec ou sans le bloc

Amusez-vous bien

Retour au Bargello

L’autre jour une de mes élèves m’a dit qu’elle voulait faire un quilt en noir et blanc. Mais comme elle aime sortir des sentiers battus elle voudrait un motif différent quoique pas trop difficile à réaliser et  elle compte sur moi pour trouver une idée!

J’ai donc commencé à regarder des images en espérant y trouver l’inspiration et je suis tombée sur une série de Bargellos. Le Bargello est une technique relativement simple puisqu’il s’agit d’une variante du travail par bandes de type séminole. Il y a de ça 25 ou 30 ans il a fait fureur. On en voyait partout mais comme la passacaglia il y a quelques années il a fini par être victime de son propre succès et est tombé dans l’oubli.

C’est dommage parce qu’il permet de faire assez rapidement – tout se fait à la machine- des quilts spectaculaires et d’aspect très contemporain.  Et si on veut utiliser simplement sa capacité de créer des ondulations ou des effets de dégradés, on peut aussi l’utiliser comme fond pour des appliqués.

 

La seule difficulté réelle est dans le choix des couleurs!

Je vous montre quelques exemples allant du simple vers le compliqué

Même la variation la plus simple a un impact visuel étonnant.

Plus difficile, on se lance dans les courbes

On part maintenant dans les entrelacs

Naturellement  plus les entrelacs sont élaborés, plus la planification du quilt sera difficile.

Heureusement il existe quelques bons livres pour vous aider. Je vous  en montre un, il y en a d’autres

 

Envie de fuir?

Toutes ces histoires de confinement, masques etc  me donnent une seule envie: fuir, fuir loin de toute cette incohérence, de toutes ces contraintes.
J’ai donc commencé à rêver d’espace et de liberté. Et où est-on plus libre que sur un bateau au milieu de l’océan. Bon vous me direz il y a des tempêtes etc. Oui mais c’est  la nature qui parle, pas un paltoquet de fonctionnaire en mal de paperasse qui éprouve le besoin d’ en ajouter à la montagne de paperasses qui existent déjà.

Je vous propose donc de vous évader avec moi. Vous préférerez peut être rester à terre, je vous ai donc prévu des modèles de bateau à réaliser dans la tranquillité de votre maison.

Voici quelques modèles simples et classiques si vous vous sentez d’humeur « paresseuse » ou que vous voulez aller vite.

Le dernier est amusant. L’effet de vague est obtenu grâce à un croquet géant de même nuance que la mer

Simples aussi des modèles exécutés en piéçage papier

j’ai beaucoup aimé le deuxième qui  réussit à créer un effet de courbe très vivant

Un peu plus compliqué avec une coque arrondie pour le voilier

Des modèles fantaisie comme

Un bateau de croisière

ou des bateaux en papier si vous n’avez sous la main que le bassin des Tuileries (ou d’ailleurs)

ou pourquoi pas un yatch

Quelques tableaux élaborés pour celles qui se sentent inspirées

Et si vous décidez d’aller voir s’il existe encore un monde nouveau à découvrir, je vous suggère le May Flower

Bon vent

 

Tournesols

Je déteste la monoculture et ce qu’elle fait à nos campagnes et à leurs sols  mais je ne sais pas rester insensible à la magnificence des tournesols en fleur. Plus tard dans la saison ce seront des tiges noires et desséchées mais ils commencent juste à s’ouvrir et ce matin ils se nourrissaient  avidement du soleil de Juillet.

Cette fleur spectaculaire a inspiré les quilteuses  et permet d’ensoleiller une maison grâce à ses jaunes et ses bruns.

Pour réaliser une fleur de tournesol vous pouvez utiliser toutes sortes de techniques:

Le très classique Drunkard path

Le Kaléïdoscope

 

Ce patron de « Crafty’s.com » utilise une technique secrète qui permet d’obtenir un effet de courbe sans couture

La même technique, une fois développée  permet de réaliser un panneau spectaculaire

Pétales en relief et yoyo  pour le centre, un quilt tout simple mais très mignon

 

Un fond élaboré à base de carrés sur lequel se détache une unique fleur en relief  par Suzanne Pöns

Une autre utilisation des carrés  sous forme de « timbres postes » pour le centre

Sunflower-Art-Quilt-Jen’s pattern

Et pur finir un quilt utilisant plusieurs techniques

Arkansas

L’Arkansas  fait partie des états du Sud des Etats Unis. Son nom lui a été donné par les indiens Osages et Sioux qui le peuplaient.

Les paysages y sont très divers: des montagnes comme les monts Ozark ou les Whichita Mountains, des forêts denses et aussi des plaines dans lesquelles on cultivait le coton (et maintenant le soja et le riz).

Comme tous les états des Etats Unis il a été célébré par des blocs spécifiques. L’un porte tout simplement son nom – Arkansas .

Deux autres présentent la fleur et l’oiseau qui sont les emblèmes de l’état. Le Mockingbird, oiseau moqueur…. un oiseau qui imite les chants d’autres espèces d’oiseaux. Le Dogwood ( une abréviation pour Flowering Dogwood)  qui est la fleur du cornouiller.

Les quilteuses connaissent davantage l’Arkansas à travers un bloc traditionnel appelé Arkansas Traveler le voyageur de l’Arkansas.

Il existe plusieurs variations de ce bloc.

La plus simple et la plus ancienne provient de la fameuse « Ladies Art Company ». C’est une variation sur le classique bloc  noeud de cravate ou bobine.

Une variante a été créée en divisant simplement les triangles colorés  en 2

Une autre variation plus sophistiquée existe.

Combinée avec d’autres blocs elle a permis à Tina Davis de créer un très beau quilt

 

Une autre variation plus compliquée existe. On a simplement coloré les triangles qui séparent  les losanges, ce qui donne au bloc un aspect différent.

Qui dit voyageur dit routes et qui dit routes dit croisements. Les quilteuses l’ont prévu et ont nommé ce bloc  » Arkansas Crossroads » et bien sûr elles l’ont utilisé pour leurs quilts.

Et le voyageur sera guidé par l’étoile du Kansas

Comme à l’évidence une des vocations de l’état est le déplacement on a voulu aider davantage encore les touristes à voyager à travers l’état et  à découvrir sa beauté. On a donc  créé un Arkansas Quilt Trail » ,chemin spécifique jalonné de quilts.

Bienvenue en Arkansas