Archives pour la catégorie Fêtes

The Gloucestershire Cheese Rolling Festival

Le printemps est presque là même s’il se fait un peu désirer et les magasins sont remplis de muguet, d’oeufs en chocolat et de lapins de Pâques.

Cette année, j’ai eu envie de faire une pause patchwork et  de  résister au  chocolat ( tâche presque impossible).
J’ai donc fait un tour du monde pour voir comment on célébrait le printemps ailleurs .

En Angleterre  on fête  » Spring Bank Holiday « , un des rares jours fériés de l’année. Et Gloucester fête Bank Holiday d’une façon tout à fait particulière. C’est le jour  de « Cooper’sHill Cheese Rolling and Wake »

Des milliers de gens se réunissent  sur une colline particulièrement escarpée pour assister à la course au fromage annuelle.  Cette course semble avoir une origine très ancienne. Il semble qu’au départ on ait fait rouler des broussailles enflammées sur la pente pour symboliser le début d’une année nouvelle. Ce serait lié à un rite de fertilité destiné à assurer une bonne récolte.

Le fromage utilisé actuellement est un « Double Gloucester » rond protégé par un entourage en bois et décoré de rubans. Depuis 1988 il est fabriqué chaque année par Diana Smart  de Churcham, Gloucestershire. Elle  utilise le lait de son troupeau de vaches brunes suisses et elle est la seule à utiliser encore  les méthodes de fabrication traditionnelles.  Le vainqueur remportera le fromage!

De l’avis général il faut être un peu cinglé pour participer à la course. En effet une roue de fromage d’environ 4 kgs est lancée et descend la colline environ 110 km à l’heure, les participants doivent courir derrière elle.  Le premier qui atteint le bas de la pente sans s’être cassé le cou a gagné la course.

Si vous avez jamais essayé de descendre une colline escarpée en courant vous voyez ce que je veux dire. Il faut être particulièrement sportif et avoir un sens de l’équilibre absolu pour ne pas multiplier les chutes. Sans compter l’intervention des autres concurrents qui volontairement ou non peuvent vous faire tomber. Un des champions de la course  – il a gagné 16 fois – dit qu’il faut se pencher en arrière, mais c’est plus facile à dire qu’à faire.

D’ailleurs en bas de la colline une équipe médicale attend les concurrents pour soigner  les fractures, épaules démises et autres coups sur la tête et bras  ….

Il y a 4 courses: une pour les hommes, une pour les femmes, une pour les garçons et une pôur les filles et tous manifestent le même enthousiasme et le même mépris du danger!

Mais tout le monde sait que le printemps rend un peu fou! Et ça n’arrête pas les concurrents Il faudra, l’an prochain que j’aille à Gloucester oir ça de près!

journée de l’amitié

Jeudi dernier avait lieu à Balma la journée de l’amitié de la délégation. Une journée   parfaite autant par le temps merveilleux qui nous a favorisées que par la superbe organisation et l’ambiance amicale qui régnait.

Brigitte et son équipe s’étaient assuré le concours d’Anne Carson qui avait préparé avec soin les quelques 130 kits nécessaires au travail de la journée: un bouquet de fleurs réalisé à l’aide de fils fantaisie,   chenille, laines fantaisies, ruban  multicolore (qu’elle avait teint elle même).  Et plusieurs de ses amies circulaient pour nous aider, nous donner conseils et encouragements.

En ce qui me concerne j’ai découvert que, telle Monsieur Jourdain, je pratiquais depuis des années la broderie créative sans le savoir, mais je me suis tout de même beaucoup amusée car en matière de broderie on n’a jamais tout découvert et il y a toujours de petites futées qui trouvent de nouveaux trucs pour enrichir cet art millénaire et si malmené ces dernières années,-confisqué comme il l’avait été par le « point compté ». Je me réjouis de le voir revivre, ça m’a donné un nouvel élan et je remercie donc toutes celles qui ont contribué à faire de cette  journée une découverte et  un succès.

Quelques très beaux quilts étaient exposés sur des grilles . là aussi la créativité des patcheuses semble sans limites. L’unanimité s’est faite autour de l’arbre d’  Annie Vieussens, époustouflant tant pas la perfection de la technique que par sa beauté.

Pour ma part je le mettrais à égalité avec le ravissant village en noir et blanc épuré et poétique de Fanfan Saint Martin.

Les autres quilts étaient très beaux aussi et méritaient  notre admiration , je vous donne simplement deux échantillons, tous auraient mérité une photo.

Une belle journée. A bientôt pour d’autres journées comme celle là.

Carnaval de Castres 2019

Deux costumes identiques et en même temps complémentaires

Cette année encore je suis allée visiter le carnaval  vénitien de Castres. Cette fois j’étais avec une cousine venue exprès du pays basque. La météo de Samedi promettait un jour de soleil entre deux jours moins beaux et nous avons naturellement choisi le jour de soleil.  Nous ne l’avons pas regretté . Nous avons bénéficié d’une journée ensoleillée et chaude qui se prêtait merveilleusement à la flânerie.

Le matin nous avons visité le marché italien. les masqués s’y promenaient au milieu des badauds ce qui permettait d’admirer les détails de leurs costumes.

Un costume incroyablement travaillé pour l’homme éclipsait presque sa compagne

 

Des stands vendant de la nourriture italienne – nous nous sommes régalées avec les chocolats ou de merveilleux masques de même inspiration que ceux utilisés par les masqués.

En fin de matinée nous avons eu droit à une stupéfiante démonstration des lanceurs de drapeaux venus d’Italie.

Les lanceurs de drapeaux annoncés par leurs compagnes

Je ne sais pas vraiment photographier les mouvements je me suis donc bornée à prendre leur arrivée au son des tambours qui ont rythmé leur marche puis leurs mouvements.

Les joueurs de tambour rythment la marche et le lancer des drapeaux

Les lanceurs de drapeaux vont offrir une démonstration de leurs talents

D’ailleurs j’étais bien trop occupée à suivre les drapeaux qui volaient dans l’air pour avoir envie d’appuyer sur l’objectif!

En début d’après midi les élèves de l’école du cirque de Mazamet nous ont distraits pendant que les masqués se rassemblaient pour le traditionnel défilé dans les rues.

Les clowns sur échasse de l’école du cirque

Il en était venu de partout: des masqués italiens, les masqués de Castres et même un masqué venu de Bordeaux.
Les visiteurs s’écrasaient de chaque côté des rues. la bonne humeur régnait la plupart du temps bien que parfois un photographe trop empressé ait suscité la colère de ceux qui étaient derrière!

Le défilé est ouvert par la présidente des masqués

La présidente ouvre le défilé

Le costume vu de dos

Comment décrire l’a magnificence  des costumes, la créativité  et l’habileté qui ont présidé à leur élaboration! Il aurait fallu des jours et des jours pour les examiner un par un et en contempler tous les détails.

Voyez par exemple cette superbe robe matelassée

Le détail des superbes chaussures que cache la jupe

Et l’incroyable travail des manches avec la petite poupée cachée au fond des volants

des dentelles mises en valeur par le velours bleu

Ce couple fabuleux et sombre clôturait le défilé…. L’homme ange noir muni d’ailes et d’un bec d’animal, femme à cornes…. démons ou symboles de mortNous sommes rentrées bien fatiguées mais ravies de notre journée. A l’année prochaine les Vénitiens

Arbres de Noël

Pendant des années, j’ai consciencieusement décoré le traditionnel arbre de Noël sans lequel Noël ne serait pas vraiment Noël.

Pendant longtemps nous achetions un sapin chaque année mais nous n’aimions pas vraiment participer au massacra annuel qui fait couper tant d’arbres au nom de la célébration de la fête. Nous l’avons alors remplacé par un arbre artificiel. C’était plus satisfaisant au niveau écologique  mais ça ne remplaçait pas vraiment « le vrai ».

Et maintenant que les enfants sont adultes ainsi que les petits enfants  j’ai de moins en moins envie de décorer toute la maison pour les fêtes comme je le faisais autrefois. Et cette année je n’avais rien envie de faire du tout!  J’ai donc cherché une solution et la vue d’un petit film américain me l’a donnée. Il s’agissait de deux enfants dont la maman était si pauvre qu’elle n’avait pas les moyens d’acheter l’arbre et encore moins ceux d’acheter les guirlandes et boules indispensables à sa décoration. La petite fille décidait donc de dessiner l’arbre sur le mur de la chambre et de le décorer avec des capsules de bouteilles de bière  récupérées dans le bar où travaille la maman.

Après tout un arbre n’a pas besoin d’être réel pour exister!  Et on peu aussi faire simplement un panneau mural dont on peut varier la décoration et qui servira tous les ans.

Le premier et le plus simple est simplement composé de triangles. Il conviendra à celles qui préfèrent un panneau « dépouillé. »

Le deuxième  peut être réalisé en pliages superposés façon Somerset patchwork revisité pour des rectangles. Cela donne une impression de relief  et chaque morceau peut être décoré d’une grosse perle dorée ou de petites breloques comme  celles qu’on utilise pour les bracelets.

Le suivant est astucieusement composé de morceaux superposés dont les bords ont été travaillés pour donner l’impression d’une vraie branche tombante. Et aux perles et breloques on a ajouté des guirlandes de perles.

Celui ci est composé uniquement de yoyos cousus sur un fond et abondamment décorés de perles. Il est très beau mais on pourrait le réaliser avec une séries de tissus verts ce qui ferait plus « sapin de Noël »

Une arbre tout simple à base de carrés et de triangles. le choix des tissus lui donne beaucoup de vie et lui aussi est décoré de guirlandes de perles. On a mis en haut une véritable étoile peut être un vestige d’une paire de boucles d’oreilles.

Celui ci  pourrait être réalisé de façon astucieuse avec un centre en forme de cône sous lequel on a glissé une série de somerset -prairies points. Des étoiles sur le fond, des guirlandes de perles et aussi des décorations miniatures multicolores donnent l’impression qu’on a affaire à un arbre véritable.

Le dernier a été  créé avec un simple tissu en forme de triangle appliqué sur un fond. Et en guise de décoration on a suspendu une série de yoyos précédés d’une grosse perle. 

Je ne sais pas encore ce que je vais faire moi même, peut être une simple combinaison des idées précédentes, bien que je sois très tentée par le dernier modèle: dans ce cas j’utiliserais des tissus métallisés pour les yoyos et j’ajouterais sans doute quelques guirlandes. Il n’est pas nécessaire de s’en tenir aux guirlandes de perles d’ailleurs, des rubans de papier coloré pour emballage donneraient sans doute un résultat intéressant surtout si on les fait un peu « tirebouchonner ».

11 Novembre 2018

La Mairie d’Avignonet a célébré le centenaire de l’armistice avec  panache . Les chorales locales avaient appris pour l’occasion des chants patriotiques . Une belle cérémonie s’est tenue devant le monument au morts  Et la très compétente association historique « Poussières d’Histoire » a organisé une exposition  consacrée à cette guerre qui fut sans doute la dernière guerre patriotique.

L’affiche appelant à la mobilisation avait été pieusement conservée sous verre. Malheureusement la vitre a capté le reflet de la fenêtre située en face et endommagé la photo.

Ce que j’ai aimé dans cette exposition c’est qu’elle a aussi rendue hommage à tous les habitants du village qui ont participé aux combats et se sont illustrés en rapportant médailles et citations.

J’ai été étonnée de la quantité d’objets rassemblés.  Armes soigneusement entretenues : fusils, canon miniature et une des premières mitrailleuse,s.

Uniformes pieusement conservés dont ces fameux pantalons rouges qui ont causé tant de morts.

Une très belle selle bien astiquée elle aussi ce qui a préservé le cuir.

Il y avait même un brancard d’époque  et un tablier de croix rouge rappel  de ceux qui se sont dévoués, parfois au péril de leur vie , à aller chercher les blessés sur les champs de bataille pour les amener à a sécurité relative des hôpitaux de campagne.

A l’extérieur un authentique camion utilisé pendant la guerre

Le club de patchwork a voulu apporter sa contribution à la commémoration et nous avons réalisé un quilt .

Nous avions choisi de remplacer le drapeau par les fleurs de France qui le symbolisent! bleuets, marguerites et coquelicots,  Et la mairie a fait de même: les gerbes déposées devant le monument au morts étaient faites des mêmes fleurs

Une commémoration digne  qui nous incite à ne pas oublier ce que deviennent un pays et ses habitants lorsque l’enfer se déchaîne.

 

Sorcières ou chrysanthèmes

Le temps estival d’hier et d’aujourd’hui nous a permis de nous remettre du mauvais temps qui accompagnait la Toussaint. Beaucoup d’entre nous sont allées fleurir les tombes familiales et l’on voit partout  les merveilleux pots de chrysanthèmes  qui se vendent pour l’occasion.

La  » Fleur d’or » n’a guère inspirée les quilteuses. Je n’ai trouvé qu’un seul quilt qui l’utilise, un superbe appliqué de Carol Varian.

Pourtant il y a longtemps déjà j’avais fait à grand peine un « chrysanthème géant » .

Lire la suite

Pâques

J’ai cru que je ne pourrais pas écrire cet article : un certain  » Virgin Media » essaie de d’imposer comme moteur de recherche sur mon ordinateur. Il m’a fallu plusieurs passages d’antivirus pour m’en débarrasser plus ou moins mais il semble infester d’autres sites que le mien ce qui limite mes explorations.

Nous avons aussi passé la semaine, ma fille et moi à chercher des oeufs pour la traditionnelle chasse aux oeufs dans le jardin. Mes petits enfants y tiennent même si ce sont de grands dadais de plus de 20 ans!

Lorsque j’étais enfant, j’attendais la distribution qu’effectueraient les cloches. Elles avaient arrêté de sonner le Jeudi Saint  au moment de la mort de Jésus et revenaient le jour de Pâques  nous annoncer la résurrection du Christ en distribuant des oeufs – qui sont symboles de fertilité et de vie depuis la plus haute antiquité. Ces oeufs que l’Eglise défendait de consommer pendant le carême et qu’on conservait pour les offrir à Pâques.

Le déclin du catholicisme a entraîné un déclin de la tradition des cloches. D’ailleurs les cloches ne sonnent plus car leur bruit joyeux offensait, paraît-il, les oreilles des athées et des musulmans!  Finis les carillons qui nous accompagnaient ce jour là.

Nous avons donc remplacé  les cloches par le lièvre de Pâques, une tradition d’origine allemande qui nous est revenue par l’intermédiaire des Etats Unis. Le lièvre est aussi un symbole de renouveau et de fertilité.

Easter Quilt Patterns Elegant A Couple of Yolks Easter Quilt Pattern by QuiltFusion

Comme Noël,  la fête de Pâques est aujourd’hui centrée sur les enfants. C’est pourquoi la plupart des  quilts que j’ai trouvé ont des motifs enfantins. Il y en avait pourtant quelques uns qui célébraient fièrement la passion et la résurrection dont un très beau que je suis heureuse de vous présenter. Joyeuses Pâques à vous toutes.

 

Saint Patrick

A prayer card illustration featuring Saint Patrick, the patron saint of Ireland, driving out the snakes, published circa 1900. (Photo by Popperfoto/Getty Images)

Saint Patrick est considéré comme le patron et protecteur de l’Irlande.
La plupart des légendes qui accompagnent son nom – comme celle selon laquelle il chassa les serpents d’Irlande- sont probablement fausses!

Son vrai  nom était probablement Maewyn Succat et Patricius était son nom romain. Ce nom fut plus tard simplifié pour de venir Patrick

Son histoire est mal connue. Certains disent qu’il était d’origine écossaise, d’autres dans l’Angleterre romaine. On s’accorde sur le fait qu’il est né au IV ème siècle après Jésus Christ.

A l’âge de 16 ans, suite à un raid des irlandais dans sa famille il fut emmené en Irlande et y travailla en tant qu’esclave pendant 6 ans avant de réussir à s’échapper. C’est là qu’il découvrit le réconfort que peut apporter la foi.

Une fois libre il retourna en Angleterre mais un rêve lui intima l’ordre d’aller évangéliser les Irlandais. Il entama alors une formation religieuse qui dura 15 ans et il devint prêtre puis évèque. C’est alors qu’il fut envoyé en Irlande avec pour mission de s’occuper des chrétiens déjà sur place et d’évangéliser les autres. Sa connaissance de la langue et des coutumes l’aida dans sa tâche. Il ne chercha jamais à changer les coutumes et rituels des irlandais mais plutôt à les intégrer à celles de la chrétienté. C’est pourquoi il mena sa tâche à bien.

Il oeuvra pendant 30 ans avant de se retirer à County Down. Il est mort le 17 Mars 461 et depuis ce jour a été célébré comme le jour de Saint Patrick. Lire la suite

Les Douze jours de Noël

Aux Etats Unis, une des chansons les plus populaires pendant la période de Noël s’appelle  » The Twelve Days of Christmas », les 12 jours de Noël.

A Noël on la faisait chanter aux enfants et il existe des tas de livres destinés à l’illustrer.

On a même réalisé des films basés sur elle comme  » Les 12 chiens de Noël »

Au XVIII ème siècle on la proposait comme « jeu de mémoire » »

Cette comptine  exige effectivement  une bonne mémoire et pas mal de souffle  puisqu’il faut à la fois se souvenir de l’ordre et du nombre de cadeaux  décrits par les couplets   et les réciter  d’un trait.

 

 

Il s’agit d’une jeune fille qui décrit ce que son amoureux lui a donné pendant les douze jours de Noël:

  •  Le premier jour de Noël mon amoureux m’a envoyé une perdrix dans un poirier (partridge in a pear tree)
  • Le deuxième jour de Noël mon amoureux m’a envoyé  2 tourterelles (Two turtle doves) et 1 perdrix dans un poirier.
  • Le troisième  jour de Noël mon amoureux m’a envoyé  3 poules françaises (Three french hens),  2 tourterelles et une perdrix dans un poirier.
  • Le quatrième  jour de Noël mon amoureux m’a envoyé  4 colombes (Four calling birds,  3 poules françaises,  2 tourterelles et 1perdrix dans un poirier.                                                      Et ça continue ainsi . Chaque fois, en plus du cadeu du jour on récapitule ceux des jours précédents.
  • Le cinquième jour il envoie 5 anneaux d’or (Five gold rings)
  • Le sixième jour  des  oies  en train de couver (Six geese a-laying)
  • Le septième jour  7 cygnes en train de nager (Seven swans a-swimming)
  • Le huitième jour  8 servantes en train de traire (Eight maids a-milking)
  • Le neuvième jour 9 danseuses (Nine ladies dancing)
  • Le dixième jour  des jeunes gens qui sautent (Ten lords a-leaping)
  • Le onzième jour 11 flutistes en train de jouer de la flûte ( Eleven Pipers Piping)
  • Le douzième jour 12 tambours  (  Twelve Drummers Drumming)

En fait  ce chant très ancien – on pense qu’il remonte au 16ème siècle  aurait été écrit par les Jésuites à une époque où les catholiques étaient persécutés et devaient pratiquer leur religion en cachette.

 

Les douze jours de Noël représentent les douze jours qui séparent la Nativité ( 25 Décembre) de l’Epiphanie ( 6 Janvier). Et chaque animal ou personnage cache  un symbole chrétien. La forme amusante – et anodine- donnée à la chanson dissimule le fait qu’il s’agit d’un chant d’enseignement.

  • La perdrix, c’est Jésus (combien de fois ai-je voulu rassembler tes enfants, comme la poule rassemble sa couvée sous ses ailes Luc 13-34)
  • Les 2 tourterelles symbolisent la double nature de Jésus humaine et divine ainsi que les eux Testaments – l’ancien et le nouveau.
  • Les 3 Poules françaises, c’est la sainte trinité ( Père, Fils et Saint Esprit)
  • Les  4 Colombes sont les 4 évangélistes Matthieu, Marc, Luc et Jean
  • Les 5 anneaux d’or sont les 5 livres de l’Ancien Testament
  • Les 6 oies sont les 6 jours de la création
  • Les 7 Cygnes sont les 7 sacrements
  • Les 8 servantes sont les 8 Béatitudes ( voir Matthieu 5:3-10)
  • Les 9 danseuses sont les qualités de l’Esprit Saint ( Amour, Joie, Paix,  Patience, Gentillesse, générosité, Fidélité, Douceur, et Maîtrise de soi)
  • Les 10 Jeunes gens sont les 10 Commandements ( Exode 20:1-17)
  • Les 11 flûtistes sont les onze apôtres (on exclut le traître Judas)
  • Les 12 Tambours sont les 12 enseignements contenus dans le Notre Père

Aujourd’hui nous avons oublié le temps où les fidèles devaient se cacher et il nous reste une chanson dont nous pouvons garder le côté amusant ou dont nous pouvons aimer la symbolique en fonction de nos convictions personnelles.

 

Joyeux Noël à vous toutes

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Flocons de neige.

Noël devient de plus en plus la fête des marchands. Les magasins et les marchés de Noël regorgent de guirlandes scintillantes, de boules multicolores, d’ornements de toutes sortes, pour des fêtes éblouissantes.

Pourtant le meilleur Noël que nous avons eu est celui qui a suivi notre arrivée à Fort Sill. Le carton contenant les guirlandes et les boules s’était perdu et nous nous sommes retrouvés avec un sapin tout nu.

Qu’à cela ne tienne les enfants se sont mis au travail. Avec des paillettes, du papier de couleur, quelques formes en polystyrène  et des boules décolorées trouvées dans une brocante ils ont fait des merveilles. Ils ont passé des jours et des jours à peindre, découper, décorer avec ardeur. Le sapin  une fois monté était peut être moins clinquant, mais certainement plus personnel et ils étaient très fiers d’eux. J’ai encore dans mes réserves ces boules et des guirlandes et nous les sortons chaque année, même si maintenant elles sont accompagnées d’autres, plus spectaculaires, provenant des magasins.

Entre autres choses ils ont réalisé dans du papier glacé des séries de flocons de neige que nous avions collé sur les fenêtres – on aurait pu aussi les pendre dans le sapin. Et il m’a semblé que c’était une bonne idée de vous remettre en mémoire cette technique millénaire du papier plié et découpé qui permet de les réaliser.

Le plus simple est de prendre une feuille de papier machine blanc de bonne qualité.  Si vous vouliez des flocons plus gros vous pourriez prendre des feuilles en A3.

On commence par la remettre au carré.

Le carré est ensuite plié suivant la diagonale.

 

 

 

 

 

On plie le triangle une deuxième fois.

Le dernier pliage est le plus délicat puisqu’il faut diviser la base du triangle en 3 et plier de façon que les deux côtés se recouvrent.


Il est important de faire des pliages très soigneux et des plis bien nets de façon à obtenir un joli flocon.

Une fois cette préparation terminée, la fête commence.

On découpe  sur les plis avec des ciseaux en prenant soin de couper toutes les épaisseurs: Suivez votre fantaisie, faites des ronds, des carrés des arabesques.

Plus il y aura de découpages, plus le résultat obtenu sera fin.
Il est même possible de replier le papier encore une fois pour ajouter des découpes au centre des panneaux.

Prenez garde tout de même à laisser assez de papier pour la solidité de l’ensemble.

 

Le bas peut aussi être découpé de façon à  créer des formes variées.

Le dessin n’apparaît vraiment qu’une fois le papier déplié.

Les flocons en papier peuvent être réalisés sans difficulté par les enfants. Mais on peut en fabriquer avec d’autres matériaux. Faire des flocons au crochet est un  moyen amusant d’apprendre à crocheter.

Pour ma part j’avais utilisé des guipures pour décorer un quilt  « d’hiver » avec des cristaux de glace…